1988 Audi Quattro

Sport S1

Summary

  • Year of manufacture 
    1988
  • Car type 
    Coupé
  • Chassis number 
    85 ZGA 905 016
  • Competition car 
    Yes
  • Condition 
    Used
  • Location
  • Exterior colour 
    Other

Description

• Exposée au Manoir de l'Automobile depuis 1989
• Vendue directement par Audi AG à Olivier Quesnel
• État de préservation exceptionnel pour une voiture de rallye
• Ultime évolution de l'Audi Quattro, une des voitures les plus mythiques du Groupe B
• Ex Race of Champions 1988

En 1988, Michèle Mouton décide d'organiser à Montlhéry la "Course des Champions", en hommage à Henri Toivonen, disparu au Tour de Corse 1986. Cette première épreuve se déroule le 4 décembre et utilise un tracé qui emprunte des morceaux du circuit officiel et des sections situées à l'intérieur de l'anneau de vitesse, dont certaines en terre. Elle accueille les huit derniers champions du monde et se déroule sous forme d'une spéciale chronométrée, les pilotes se succédant à bord des mêmes voitures prêtées par les constructeurs. Le "champion des champions" est récompensé par le trophée Henri Toivonen qui, lors de cette première édition, revient à Juha Kankkunen, devant Timo Salonen.
Pour la suite, laissons la parole à Olivier Quesnel, alors directeur du Groupe Hommell. "Michèle Mouton était venue nous voir rue de Lille, où se situait les bureaux du groupe, et nous l'avons un peu aidée à boucler l'organisation de l'évènement, au niveau de la communication en particulier." D'ailleurs, le programme est édité sous la forme d'un "hors-série" d'Auto Hebdo, un des titres du groupe.
"Je me suis bien sûr rendu à Montlhéry le jour de la course," poursuit Olivier Quesnel, "et je suis soudain tombé en arrêt devant une Audi Quattro Sport S1. Je me suis dit, "Celle-là, elle est pour moi !" Je suis allé au stand voir le responsable Audi, qui m'a répondu que les voitures n'étaient pas à vendre. Je suis reparti à l'assaut, en parlant de mon passé chez Peugeot-Sport avec Jean Todt, en demandant à Michèle Mouton de m'appuyer et en précisant que la voiture était pour un musée.
Enfin, après un long travail de harcèlement, ils sont tombés d'accord pour me vendre la voiture. Je me suis ensuite rendu à Ingolstadt et là, dans la cour, il y avait plusieurs voitures de course sous bâche et, au milieu, la Quattro S1 qu'ils me réservaient, sans bâche, avec un panneau "Welcome Olivier" ! C'était assez émouvant.
Nous avons fait tous les papiers avec Audi AG, incluant un long contrat de vente, et mon équipe est partie chercher la voiture pour la ramener chez Bruno Saby à Grenoble, pour une préparation, avant son installation au musée. Il se trouve que ce même week-end, Bruno organisait un évènement caritatif sur le circuit de vitesse qui datait des Jeux Olympiques de 1968. Quand il a vu la Quattro arriver sur la remorque, il a réussi à me convaincre de le laisser rouler. Je lui ai juste demandé de faire attention... Puis est arrivé Ari Vatanen, qui m'a demandé la même chose. Et enfin Michèle Mouton. Je n'ai pas pu refuser ! Mais le turbo a cassé. J'en ai demandé un autre à Audi et, après réparation, la voiture est partie au musée."

Aujourd'hui, le dossier de la voiture comporte un courrier de Audi Sport du 22 février 1989 signé de H.P. Gassen et S. Krause évoquant le contrat de vente, ainsi que la facture de la vente, en date du 9 mars 1989. Celle-ci précise que la voiture est sortie d'usine le 14 septembre 1988 de couleur "Alpinweiss" et que le compteur totalise 1 000 km. Comme le confirment sa date de sortie et son kilométrage, la Course des Champions est la seule épreuve à laquelle cette voiture a participé, entre les mains des meilleurs pilotes qui se sont succédé au volant. Elle fut parfois utilisée par les pilotes de passage à Lohéac et le moteur a été refait au début des années 2000. Elle présente une authenticité et un historique exceptionnels, que confirme son état d'origine remarquablement préservé, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur.

Lorsqu'il a repris récemment le volant de cette voiture à Lohéac, Bruno Saby nous a confié, "Je n'ai pas senti de lourdeur grâce à la puissance, qui est une grande partie du plaisir. Bien que la voiture ait été équipée de pneus terre, j'ai pu ressentir immédiatement qu'elle était bien équilibrée. Peut-être avait-elle encore plus de potentiel que nos Lancia."
Aujourd'hui, les Quattro S1 sont rarissimes. Certaines ont été détruites et Audi Tradition possède plusieurs survivantes. L'occasion d'en acheter une qui soit entre des mains privées est donc exceptionnelle, d'autant plus pour une voiture aussi bien préservée.

• Displayed at the Manoir de l’Automobile since 1989
• Sold directly to Olivier Quesnel by Audi AG
• Exceptional condition for a rally car
• Final version of the Audi Quattro, one of the most legendary Group B cars
• Ex Race of Champions 1988

In 1988, Mouton decided to organise the “Race of Champions” at Montlhéry as a tribute to Henri Toivonen, who died during the Tour de Corse in 1986. The first event was held on 4 December and combined parts of the official circuit with sections – some of them on gravel – inside the ring. The last eight world champions took part in the race, run as a timed special stage, with the drivers following one another in the same cars loaned by the manufacturers. The “Champion of Champions” received the Henri Toivonen Trophy, and for the first edition, it was awarded to Juha Kankkunen, ahead of Timo Salonen.
Let us allow Olivier Quesnel, then a director of the Hommell Group, to pick up the story: “Michèle Mouton came to see us at our offices in the rue de Lille and we gave her some help finalising the organisation of the event, particularly on the communications side.” The programme, moreover, was published as a special edition of Auto Hebdo, one of the group’s titles.
“I naturally went to Montlhéry on the day of the race”, Quesnel continued, “and suddenly I was struck by the sight of an Audi Quattro Sport S1. I said to myself, “That car’s for me!” I went to see the person in charge of the Audi, who told me that the cars were not for sale. I had another go, talking about my background at Peugeot Sport with Jean Todt, asking Michèle Mouton to support me and emphasising that the car was for a museum.
Finally, after pestering them for a long time, they agreed to sell me the car. I then went to Ingolstadt, and there in the courtyard were several competition cars under covers and, in the middle, the Quattro S1 reserved for me, with no cover and the sign “Welcome Olivier”! It was quite moving.
We completed all the paperwork with Audi AG, including a lengthy sales agreement, and my team went to collect the car and deliver it to Bruno Saby in Grenoble to be prepared before it was installed in the museum. It so happened that the same weekend, Bruno was organising an event for charity on the racetrack, which dated back to the 1968 Olympics. When he saw the Quattro arrive on its trailer, he succeeded in persuading me to let him drive it. I just asked him to take care ... Then Ari Vatanen turned up and asked me the same thing. And finally Michèle Mouton. I couldn’t say no! But the turbo broke. I asked Audi for another one, and after the car had been repaired, it went to the museum.”

The file with the car includes a letter from Audi Sport dated 22 February 1989 signed by H.P. Gassen and S. Krause referring to the sales agreement, as well as the sales invoice dated 9 March 1989. The invoice specifies that the car left the factory on 14 September 1988 finished in ‘Alpinweiss’ and that it had 1000km on the clock. As its production date and mileage confirm, the Race of Champions was the only event in which the car competed, in the hands of the top drivers who took turns behind its wheel. It was sometimes used by rally drivers visiting Lohéac, and the engine was rebuilt at the start of the 2000s. Its history and authenticity are exceptional, as its remarkably well preserved original condition, both inside and out, confirms.

When he drove the car again recently at Lohéac, Saby told us, “It didn’t feel heavy, thanks to its power, which was a big part of the pleasure of driving it. Although it was fitted with gravel tyres, I could feel straightaway that the car was well balanced. It may have had even more potential than our Lancias.”
Nowadays, Quattro S1s are extremely rare. Some have been destroyed, while Audi Tradition has kept several of the survivors. The opportunity to buy one from a private owner is therefore exceptional, especially for an example which has been so well preserved.

Full set of pictures available on our online catalogue: https://www.artcurial.com/fr/lot-1988-audi-sport-quattro-s1-4058-9