1987 Ferrari 512

Summary

  • Year of manufacture 
    1987
  • Chassis number 
    ZFFJA09B000047075
  • Lot number 
    116
  • Condition 
    Used
  • Location
  • Exterior colour 
    Other

Description

1987 Ferrari 512BBi Coupé
Coachwork by Pininfarina
Chassis no. ZFFJA09B000047075

Having reasserted itself at the top of the supercar hierarchy with the first 'Boxer' - the 365GTB/4 BB - Ferrari went one better with its successor: the 512BB. For the new Boxer, Ferrari abandoned its long-standing practice of denoting a model by the capacity of an individual cylinder and adopted the Dino-type nomenclature where '512' indicates 5 litres/12 cylinders. Displacement was increased by enlarging both bore and stroke, while in addition the compression ratio was raised and dry-sump lubrication adopted. The result of all these changes was a useful increase in torque which, coupled with revised gear ratios, made the 512 more tractable.

Changes to Pininfarina's inspired coachwork were, not surprisingly, few. The running gear likewise came in for only minor revision while the already excellent all-round ventilated disc brakes remained unchanged. Inside, the 512 remained virtually the same as before but for the welcome adoption of multi-way adjustable seats in place of the fixed originals. Road & Track magazine had achieved a speed of 175mph (280km/h) in the preceding 365GT/4 BB, and although lack of road space prevented the discovery of their test 512's capability, Ferrari's claimed maximum of 188mph (302km/h) was felt entirely realistic.

In 1981 the model was updated with Bosch fuel injection, becoming the 512BBi. Once again, maximum power remained unchanged but there was more available at lower revs and torque increased still further. Possessing an engine directly related to Ferrari's contemporary Formula 1 unit, as well as being both lighter and faster than the legendary Daytona, the 512BB was one of the most capable and exciting supercars of its era and is still capable of providing all the thrills that an enthusiastic owner-driver could wish for.

This example is one of only 1,007 512BBi models produced by Ferrari. The Boxer was purchased by the current vendor from Cecil Cars of Ollainville, France in December 2014, at which time it was described by the seller as being in excellent condition having benefited from a major mechanical overhaul. Now, some six years later, the car has been recently serviced including replacement of the timing belt. Further recommissioning may be required. Additional documentation consists of the 2014 purchase paperwork and a cancelled Swiss Carte Grise.

With the value of V12 Ferraris from the 1960s and 1970s having increased dramatically, users and investors alike have recognised the potential of the Berlinetta Boxer series, and particularly that of the more practical fuel-injected models.

Ferrari 512BBi coupé 1987
Carrosserie Pininfarina
Châssis n° ZFFJA09B000047075

•L'une des 1 007 512 BBi construites
•L'une des plus efficaces supercars de son époque
•Aux mains de son propriétaire depuis décembre 2014
•Prévoir une révision générale et un changement de courroie de distribution (devis fourni)

Réinstallé en tête des constructeurs de supercars avec sa première « Boxer » - la 365 GTB/4 BB -, Ferrari poussa l'avantage avec sa remplaçante, la 512 BB. Pour la nouvelle Boxer, Ferrari abandonnait une pratique de longue date de désigner ses modèles par la capacité unitaire et adoptait la nomenclature des Dino dans laquelle 512 signifie 5 litres/12 cylindres. La cylindrée était obtenue en augmentant à la fois l'alésage et la course, tandis que le taux de compression était relevé et une lubrification par carter sec adoptée. Le résultat de toute ces modifications était une augmentation du couple qui, associé à un étagement de boîte modifié, rendaient la 512 plus souple.

Sans surprise, les changements apportés à la carrosserie très inspirée de Pininfarina étaient peu nombreux. De même le train roulant subissait peu de modifications et les excellents freins ventilés aux quatre roues restaient inchangés. À l'intérieur, la 512 restait pratiquement identique, à l'exception des sièges ajustables dans tous les sens remplaçant les sièges originaux fixes. Le magazine Road & Track avait réalisé une vitesse maximale de 280 km/h avec la devancière 365GT/4 BB et, bien que le manque de portions de route suffisamment dégagée ait empêché de tester les possibilités de la 512, la vitesse maximale de 302 km/h que Ferrari revendiquait paraissait tout à fait réaliste.

En 1981, le modèle reçut une injection Bosch et devint la 512 BBi. Une fois de plus, la puissance maximale restait inchangée, mais elle était disponible à un régime plus bas et le couple avait encore augmenté. Avec un moteur directement issu des Ferrari de Formule 1 contemporaines tout en étant plus légère et plus rapide que la légendaire Daytona, la 512 BB était l'une des plus efficaces et des plus séduisantes supercars de son époque, capable de procurer tous les frissons et l'excitation qu'un passionné était en droit d'attendre.

Cet exemplaire est l'une des 1 007 512 BBi construites par Ferrari. La Boxer a été achetée par le vendeur chez Cecil Cars à Ollainville, en France en décembre 2014, époque à laquelle elle était décrite par le vendeur comme étant en excellent état, ayant subi une révision complète. Aujourd'hui, six ans plus tard, la voiture a fait l'objet d'un entretien comprenant le remplacement de la courroie de distribution. Une nouvelle remise en service pourrait être nécessaire. Le reste de la documentation comprend le contrat de vente de 2014 et la carte grise suisse périmée.

La valeur des Ferrari à moteur V12 des années 1960 et 1970 n'ayant cessé de grimper, les utilisateurs et les investisseurs ont repéré le potentiel des Berlinetta Boxer et plus particulièrement celui des modèles à injection, plus pratiques.