1964 Porsche 356

Type C

Summary

  • Year of manufacture 
    1964
  • Mileage 
    58 160 km / 36 139 mi
  • Car type 
    Other
  • Lot number 
    22
  • Drive 
    LHD
  • Condition 
    Restored
  • Interior colour 
    Brown
  • Number of doors 
    2
  • Number of seats 
    4
  • Location
  • Exterior colour 
    Brown
  • Gearbox 
    Manual
  • Drivetrain 
    2wd
  • Fuel type 
    Petrol

Description

Ferry Porsche créa la marque Porsche en 1948, alors que son père, Ferdinand, était en prison en France. Pour autant, la première Porsche ne lui doit pas moins une lourde dette puisqu’elle utilise la plate-forme et le moteur de la Volkswagen – la voiture du peuple - qu’il avait étudiée avant la guerre. Après un premier prototype à moteur central, devant les difficultés à industrialiser un tel concept et le prix de vente d’une telle voiture, Ferry Porsche s’était finalement rabattu sur la plate-forme roulante de la Volkswagen pour sa première sportive de série, la 356, en la dotant d’une carrosserie plus aérodynamique et plus légère. Le moteur était le 4 cylindres à plat Volkswagen de 1 086 cm3, refroidi par air et équipé de culasses spéciales, développant 40 ch à 4 000 tr/min monté en porte-àfaux en arrière de l’essieu arrière. Le coupé et le cabriolet 356 avaient été homologués en août 1948 et la production démarra très lentement à Gmünd où s’était replié la famille Porsche dans une ancienne scierie.
Mais la 356 B de 1960 n’a plus grand chose à voir avec cette première mouture. La 356 à moteur 1 100 de 40 ch avait évolué régulièrement au fil des millésimes, recevant des moteurs 1 300 cm3 de 44 ch en 1951, puis 1 500 cm3 de 60 ch en 1952, passant à 70 ch en 1953, avant de devenir 356 A en septembre 1955 et d’adopter à côté du 1 300 de 44 ou 60 ch un 1 600 cm3 de 60 ou 75 ch. Une carrosserie Speedster était apparue en 1955, sans oublier le modèle Carrera apparu en 1956 avec un 1 500 à quatre arbres à cames en tête de 100 ch ! En même temps que la mécanique, la carrosserie évoluait également et la qualité de construction s’améliorait au fil des millésimes. Les premières Porsche fabriquées à la main à Gmünd avaient des carrosseries en aluminium, mais à partir d’avril 1950, le carrossier Reutter fabriquait des carrosseries en acier pour les coupés à Stuttgart, tandis que Beutler construisait les cabriolets en Suisse. Puis Porsche récupèrera ses usines de Zuffenhausen occupées par les alliés, au nord de Stuttgart où la majorité des 356 sera construite par la suite.
La 356 B, apparue en septembre 1959, était une véritable nouveauté en ce qui concerne la carrosserie. Les phares, placés plus haut, donnent une ligne d’aile plus tendue et les pare-chocs plus enveloppants et placés plus haut affinent l’avant et l’arrière qui semble moins massif. Les surfaces vitrées ont été agrandies et un déflecteur apparaît sur le coupé. La banquette arrière est scindée en deux éléments et la unette reçoit un système de désembuage. Côté mécanique on retrouve les moteurs 1 600 cm3 en 60 ch (1600), 75 ch (1600 S) ou 90 ch (1600 S-90). La 356 B recevra la carrosserie T6 pour le millésime 1962 (double grille chromée sur le capot moteur, capot avant plus large, pare-brise et lunette agrandis, goulotte de remplissage sur l’aile avant droite, aérateur devant le pare-brise) et la S-90 qui avait reçu des amortisseurs Koni en 1961 reçoit un embrayage plus grand. En 1964, la 356 B sera remplacée par la 356 C. La 356 fut construite à près de 80 000 exemplaires de 1948 à 1965 toutes versions confondues, sur lesquelles on compte 16 668 modèles 356 C.
Cette 356 C 1600 SC de 1964, une des dernières 356 est le modèle le plus abouti de la série avant que la 911 ne prenne la relève. La voiture est dans un superbe état de présentation avec une peinture de couleur brun Togo (6411) très originale en très bon état qui offre une belle harmonie de couleurs avec
l’intérieur. À l’intérieur, la sellerie est en très bon état et on note le volant Nardi bois et aluminium en très bon état, ainsi que le
ciel de pavillon. Le moteur type 83583 616/16 (n° KD-P0820031-LS) et la boîte type 34 741/2 C (n° 77354, fabrication 51/63) sont concordants et ont été refaits et le moteur a été optimisé. Les jantes et les enjoliveurs sont en très bon état chaussés de pneumatiques Pirelli (195/65R15) datant de 2008. Il est rare de rencontrer une 356 dans un aussi bel état avec un historique aussi limpide. Une occasion à saisir qui ne se représentera pas de si tôt.