1953 Mercedes-Benz 300 S

Summary

  • Year of manufacture 
    1953
  • Chassis number 
    188.010.00169/53
  • Engine number 
    188.920.00176/53
  • Lot number 
    145
  • Condition 
    Used
  • Location
  • Exterior colour 
    Other

Description

One of only 203 examples produced
1953 Mercedes-Benz 300 S Cabriolet A
Chassis no. 188.010.00169/53
Engine no. 188.920.00176/53

More expensive than the 300 SL sports car and almost double the price of the contemporary top-of-the-range Cadillac, the Mercedes-Benz 300 S was one of the world's most exclusive automobiles. It is also historically significant as one of Mercedes-Benz's first all-new designs of the post-war era, debuting in the autumn of 1951. The 300's arrival re-established Mercedes-Benz in the front rank of prestige car manufacturers, marking as it did a return to the marque's tradition of building high-performance luxury automobiles of the finest quality.

Although Mercedes-Benz would adopt unitary chassis/body construction for its lower and mid-priced cars as the 1950s progressed, the retention of a traditional separate frame for the 300 enabled a wide variety of coachbuilt body types to be offered. The 300's cross-braced, oval-tube chassis followed the lines of the 170S and 220, with independent suspension all round and four-wheel drum brakes, but incorporated the added refinements of hypoid bevel final drive, dynamically balanced wheels and remote electrical control of the rear suspension ride height.

Initially developing 115bhp, the 3.0-litre, overhead-camshaft, six-cylinder engine - used in fuel-injected form in the 300 SL sports car - was boosted in power for the succeeding 300b and 300c models, finally gaining fuel injection in the restyled 300d of 1957. Other improvements along the way included larger brakes (with servo-assistance from 1954), optional power steering (on the 300d) and the adoption of three-speed automatic transmission as standard on the latter.

Custom built by Mercedes-Benz's most experienced craftsmen, the Mercedes-Benz 300 was luxuriously appointed and trimmed with materials of the highest quality. Fast and elegant, it was one of very few contemporary vehicles capable of carrying six passengers in comfort at sustained high speeds. The conservatively styled 300 saloon was soon joined by the 300 S (Super), a model which succeeded in recapturing all the elegance of the pre-war 540K. Introduced at the Paris Salon in October 1951, the 300 S was built in two-seater coupé, cabriolet and roadster forms on a shortened 300 saloon chassis, the cabriolet being the more luxurious of the two soft-tops. Indeed, with its lined hood erected, the cabriolet was every bit as quiet and comfortable as the fixed-head coupé.

Not only was the two-seater 300 S considerably lighter than the saloon, it was also more powerful, boasting an engine equipped with triple (as opposed to twin) Solex carburettors and a raised compression ratio. Maximum power output was increased to 150bhp and top speed to 176km/h (110mph). Unlike some of its Spartanly furnished contemporaries, the 300 S boasted a lavishly equipped interior featuring supple leather upholstery, beautiful burr walnut trim, chromium-plated dashboard instrumentation and precision-made switch gear.

Elegantly styled in the pre-war manner yet technologically bang up to date, the 300 S was built to the Stuttgart firm's uncompromising quality standards. Inevitably, production was limited, only 760 examples of the 300 S/Sc (560/200) leaving the factory between 1951 and 1958, of which only 203/49 were 300 S/Sc cabriolets. Ownership of such an exclusive automobile was necessarily restricted to a wealthy few, among them film stars Cary Grant and Gary Cooper, and the Aga Khan. Prohibitively expensive when new, these cars have a dedicated following and, being much rarer than both the 300 SL Gullwing and Roadster, represent a potentially sound investment as well as affording their fortunate owners enjoyable motoring in matchless style.

This Mercedes-Benz 300 S Cabriolet is offered for sale by the family of the late Afonso Henriques da Fonseca de Azerado Malheiro, a prominent Portuguese diplomat. Afonso Malheiro was born in Cambres (Lamego, Portugal) on 9th November 1927. Graduating in Law from the University of Lisbon, he entered the diplomatic service and held positions in several countries around the world including Singapore (1962); Boston, USA (1965) where he was Portuguese Consul; Vienna, Austria (1971) where he was Counsellor to the Portuguese Embassy; and at the Portuguese Embassy in Budapest, Hungary (1976). He was also the Portuguese Ambassador in Montevideo, Uruguay from 1984 to 1989.

In the course of his highly successful career, Afonso Malheiro received the following awards: Officer and Commander of the Order of Infante D. Henrique; Commendator and Grand Cross of the Order of Civil Merit of Spain; Commendator of the Order of Merit of Italy; and Commendator of the Order of Merit of Greece.

The Ambassador bought the Mercedes from a friend of his in Portugal on 27th October 1967, the friend being its first owner. Sadly, there is little by way of documentation with the car, consisting of a service bill; some letters in Portuguese; Portuguese registration papers; and what appears to be either an estimate or a bill for restoration work. Regarding events attended, the Mercedes was exhibited in January 2006 during the opening of the new Mercedes-Benz Portugal dealership in Sintra. Photos of that event are on file.

A fast touring automobile in the tradition of the legendary 540K, the 300 S was faster, better handling, more comfortable and generally superior to its pre-war ancestor. It was Mercedes-Benz's flagship model: stylish, exclusive and intended for a wealthy and discerning clientele that demanded superlative performance but were unwilling to sacrifice luxurious appointments and generously sized accommodation. Today the 300 S is among the most sought after of post-war Mercedes-Benz automobiles, and this example affords the prospect of a truly rewarding ownership experience.

Un des 203 exemplaires produits
Mercedes-Benz 300 S cabriolet A 1953
Châssis n° 00169/53
Moteur n° 00176/53

•Une des Mercedes-Benz d'après-guerre les plus recherchées
•Le dernier cri de l'automobile de luxe à son époque
•Seulement deux propriétaires
•Livrée neuve au Portugal

Plus chère que la sportive 300 SL et coûtant presque le double du haut de gamme Cadillac, la Mercedes-Benz 300S était l'une des automobiles les plus exclusives du monde. Elle revêt aussi une signification historique importante, étant l'une des premières créations d'après-guerre de Mercedes-Benz, dévoilée à l'automne 1951. L'avènement de la 300 S replaçait Mercedes-Benz au premier rang des constructeurs de prestige et marquait un retour de la marque à la tradition des voitures de luxe à haute performance de la meilleure qualité.

Alors que Mercedes-Benz s'orientait vers la construction monocoque pour ses produits d'attaque et de milieu de gamme au cours des années cinquante, le recours à un châssis séparé pour la gamme 300 permettait de proposer un large éventail de carrosseries. Le châssis à croisillon de tubes ovales de la 300 reprenait le schéma des 170 S et 220 à suspension indépendante et freins à tambour aux quatre roues, mais apportait un supplément de raffinement avec un différentiel à pignons coniques, des roues équilibrées et un réglage électrique de la hauteur des suspensions arrière à distance.

Le six cylindres 3 litres à arbre à cames en tête de 115 ch – celui utilisé avec une injection d'essence sur la 300 SL – vit sa puissance augmentée sur les 300b et 300c suivantes, adoptant finalement l'injection sur la 300d restylée de 1957. Les autres améliorations apportées au cours des années incluent des freins de plus grande dimension (avec servo-assistance à partir de 1954), la direction assistée en option (sur la 300d) et l'adoption d'une boîte automatique à trois vitesses en série sur cette dernière. Construite à l'unité par les meilleurs artisans de Mercedes-Benz, la 300 était éminemment luxueuse et habillée de matériaux de la meilleure qualité.

Rapide et élégante, c'était l'une des très rares voitures de son époque à pouvoir emmener six passagers dans un confort inégalé en soutenant des vitesses élevées. La berline au style suranné fut rapidement épaulée par la 300 S (Super), un modèle qui reprenait le flambeau d'élégance des 540 K d'avant-guerre. Présentée au Salon de Paris en octobre 1951, la 300 S était proposée en coupé deux places, cabriolet et roadster sur le châssis raccourci de la berline, le cabriolet étant la plus luxueuse des deux décapotables. De fait avec sa capote doublée en place, le cabriolet s'avérait tout aussi silencieux et confortable que le coupé.

Non seulement la 300 S était bien plus légère que la berline, mais elle était aussi plus puissante, disposant d'une alimentation par trois carburateurs Solex au lieu de deux et d'un taux de compression plus élevé. La puissance maximale était de 150 ch et la vitesse de pointe de 176 km/h. Contrairement à quelques-unes de ses contemporaines à l'équipement spartiate, la 300 S offrait un intérieur luxueusement équipé, doté d'une sellerie en cuir souple, de magnifiques garnitures en ronce de noyer et une instrumentation de bord chromée.

Habillée dans un élégant style d'avant-guerre, mais techniquement très en avance, la 300 S était construite selon les exigences de qualité sans compromis de la firme de Stuttgart. Inévitablement, la production en fut limitée et seulement 760 unités des 300 S/Sc (560/200) quittèrent l'usine entre 1951 et 1958, parmi lesquels seulement 203/49 sont des 300 S/Sc cabriolets. Posséder une automobile aussi exclusive était évidemment réservée à quelques rares privilégiés, parmi lesquelles les vedettes de cinéma Cary Grant et Gary Cooper et l'Aga Khan. Excessivement coûteux neufs, ces modèles ont été particulièrement bien entretenus et, étant plus rares que les 300 SL « papillon » et roadster, représente un investissement potentiel sûr, tout autant qu'un moyen de transport privilégié dans un style inégalable.

Cette Mercedes-Benz 300 S cabriolet est proposée à la vente par la famille de feu Afonso Henriques da Fonseca de Azerado Malheiro, un éminent diplomate Portugais. Afonso Malheiro est né à Cambres (Lamego, Portugal) le 9 novembre 1927. Diplômé en droit de l'Université de Lisbonne, il est entré dans les services diplomatiques et a officié dans plusieurs pays dans le monde, incluant Singapour (1962), Boston, aux États-Unis (1965) où il était consul du Portugal, Vienne, en Autriche (1971) où il était conseillé de l'ambassade du Portugal, ainsi qu'à l'ambassade du Portugal à Budapest, en Hongrie (1976). Il fut aussi ambassadeur du Portugal à Montevideo, en Uruguay de 1984 à 1989.

Au cours de sa prestigieuse carrière, Afonso Malheiro a reçu les distinctions suivantes, officier et commandeur de l'ordre de l'infante D. Henrique, commandeur et grande croix de l'ordre civil du mérite d'Espagne, commandeur de l'ordre du mérite d'Italie et commandeur de l'ordre du mérite de Grèce.

L'ambassadeur a acheté la Mercedes à un de ses amis portugais le 27 octobre 1967, cet ami étant le premier propriétaire. Malheureusement il y a peu documentation sur la voiture, quelques factures d'entretien, quelques lettres en portugais, des papiers d'immatriculation portugaise et ce qui semble être soit un devis ou une facture pour des travaux de restauration. Concernant les manifestations auxquelles elle a participé, la Mercedes a été exposée en janvier 2006 à l'inauguration de la nouvelle concession Mercedes-Benz de Sintra au Portugal. Des photos de cet événement figurent au dossier.

Grande routière rapide, dans la veine des 540 K, la 300 S était plus rapide, avec une meilleure tenue de route, plus confortable, et de façon générale bien supérieure à sa devancière d'avant-guerre. C'était le porte-drapeau de la marque, stylée, exclusive, destinée à une riche clientèle raffinée qui exigeait des performances hors pair, mais qui n'entendait pas pour autant sacrifier les équipements luxueux et une généreuse habitabilité. La 300 S fait aujourd'hui partie des Mercedes-Benz d'après-guerre les plus recherchées, et la possession de cet exemplaire offre la perspective d'une expérience particulièrement gratifiante.