1951 Jaguar XK 120

Summary

  • Year of manufacture 
    1951
  • Chassis number 
    660750
  • Engine number 
    W3023-7
  • Lot number 
    152
  • Condition 
    Used
  • Location
  • Exterior colour 
    Other

Description

1951 Jaguar XK120 Four-seat Drophead Coupé
Coachwork by E.D Abbott of Farnham
Chassis no. 660750
Engine no. W3023-7

Very few Jaguar XK120s were completed with bespoke bodies, most customers being more than satisfied with the three two-door designs on offer from the factory: roadster, fixed-head coupé, and drophead coupé. Indeed, in his seminal work on the model - Jaguar XK120 In Detail – motoring authority Anders Ditlev Clausager lists just seven, only one of which, the unique car offered here, was bodied as a four-seater (pages 202/203). It was commissioned by Mr David Stuart Mitchell of Tauranga, New Zealand, a wealthy businessman who loved XKs but needed something more practical than a two-seater. So, in 1951 he ordered a rolling chassis from Jaguar and commissioned the famous Surrey coachbuilder Abbott of Farnham to make a four-seater body. Mitchell also specified that the car should be delivered with a radio, tow-bar, and a pair of fog lamps.

Slightly longer than that of the stock XK120, the body was hand crafted in the traditional manner, using aluminium panels on an ash framework. Abbott went out of their way to ensure that the adaptations required to accommodate the extra rear seats, including moving the boot rearwards, did not ruin the XK120's graceful lines. Abbott made few changes to the XK's front end, but the front wing line sloped dramatically downwards toward the rear, while the rear wheel spats were elongated to disguise the increase in length. Another obvious difference was the Abbott's flat one-piece windscreen, replacing the standard car's two-piece item. No expense was spared to make this unique car of the highest quality. The completed XK was shipped to New Zealand early in 1952. It would be another 12 months before Jaguar got around to introducing its own (two-seater) drophead coupé on the XK120 chassis.

Mr Mitchell enjoyed his bespoke XK120 for a few years before the car passed to Mr Harold Stone, another native of New Zealand. All owners of this car are known and officially recorded. In 1982, the Chamberlain family trust bought the XK with the intention of restoring the car to its former glory. As is so often the case, the restoration was never started, and the Jaguar remained stored in a barn.

In May 2002, with 105,000 miles on the odometer, the XK was discovered and purchased by the well-known restoration company, Upper Classics of Christchurch, NZ. They embarked on a painstaking restoration, which consumed no fewer than 5,000 man-hours we have been advised. Completed in 2006, the Abbott XK120 has since been featured in numerous magazines, on TV shows, and at Concours d'Élégance events, winning the prize for 'Best Restored Car' at Techno Classica Essen in 2007.

The XK120 Abbott is presented in cream body colour with burgundy interior exactly how it left the coachbuilder. All owners are recorded, so '660750' has a complete history from new to the present day. It even has its original registration document from 1952! Upper Classics' restoration is documented by circa 1,000 photographs every detail of the process, no invoices are available though. The car also comes with a large box containing old documents; registration forms; magazines; videos and photographs, weighing some 5kg! Also on file is a recent valuation report valuing the car at more than €300,000 after restoration. A potential winner at prestigious Concours d'Élégances worldwide, Abbott's beautiful creation represents a wonderful opportunity to own a unique piece of Jaguar XK120 history.

Jaguar XK120 cabriolet 4 places 1951
Carrosserie E.D. Abbott de Farnham
Châssis n° 660750
Moteur n° W3023-7

•Unique Jaguar XK120 quatre places
•Carrosserie Abbott en aluminium unique
•Livrée neuve en Nouvelle-Zélande
•Historique des propriétaires documenté
•Restauration complète par Upper Classics
•« Meilleure restauration » à Techno Classica à Essen en 2007

Peu de Jaguar XK120 reçurent des carrosseries spéciales, la plupart des clients se satisfaisant des trois versions deux portes proposées par l'usine, roadster, coupé et cabriolet. Dans sa bible sur le modèle - Jaguar XK120 In Detail – le spécialiste Anders Ditlev Clausager en dénombre seulement sept, dont le modèle unique proposé ici, carrossé en quatre places (pages 202 et 203). Elle a été commandée par Mr David Stuart Mitchell de Tauranga, en Nouvelle-Zélande, un riche homme d'affaire qui adorait les XK, mais désirait quelque chose de plus pratique qu'une deux places. Aussi, en 1951, il commanda un châssis roulant chez Jaguar et demanda au fameux carrossier du Surrey Abbott de Farnham de lui fabriquer une carrosserie à quatre places. Mitchell spécifia également que la voiture devait être livrée avec une radio, un crochet de remorquage et une paire d'antibrouillard.

Légèrement plus longue que la XK120 de série, la carrosserie a été faite à la main de façon traditionnelle en utilisant des panneaux d'aluminium sur une structure en frêne. Abbott s'arrangea pour s'assurer que les adaptations nécessaires pour ajouter deux sièges arrière, en reculant le coffre, ne ruinent pas les gracieuses lignes de la XK120. Abbott apporta peu de modifications à l'avant de la XK, mais la ligne de l'aile avant descendait de façon exagérée vers l'arrière, tandis que les flasques des roues arrière étaient allongés pour dissimuler l'accroissement de longueur. Une autre différence était le pare-brise plat d'une seule pièce d'Abbott, à la place de celui en deux parties de série. On ne regarda pas à la dépense pour que cette voiture unique soit de la plus grande qualité. La XK finie fut expédiée en Nouvelle-Zélande au début de 1952. Il fallut attendre 12 mois avant que Jaguar ne présente son propre cabriolet (deux places) sur châssis XK120.

Mr Mitchell profita de sa XK120 sur mesure pendant quelques années avant qu'elle ne passe aux mains de Mr Harold Stone, un autre Néo-Zélandais. Tous les propriétaires successifs de la voiture sont officiellement connus. En 1982, la fondation de la famille Chamberlain acheta la XK avec l'intention de lui rendre sa gloire passée. Comme c'est souvent le cas, la restauration ne commença jamais et la Jaguar resta dans sa grange.

En mai 2002, avec 105 000 miles au compteur, la XK fut découverte et achetée par la société bien connue Upper Classics de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Une restauration minutieuse fut alors entreprise qui demanda pas moins de 5 000 heures de main-d'œuvre, nous a-t-on confié. Terminée en 2006, la XK120 Abbott a depuis figuré dans de nombreux magazines, à la télévision et à des concours d'élégance, remportant le prix de la meilleure restauration à Techno Classica à Essen en 2007.

La XK120 Abbott a une carrosserie crème avec un intérieur Bordeaux, exactement comme lorsqu'elle quitta l'atelier du carrossier. Tous les propriétaires sont connus, 660750 possède donc un historique complet de son origine jusqu'à aujourd'hui. Elle possède même ses papiers d'immatriculation originale de 1952 ! La restauration d'Upper Classics est documentée par près de 1 000 photographies de chaque détail du processus, pour autant, aucune facture n'est disponible. La voiture est également vendue avec une grande boîte pesant près de 5 kg (!) et contenant d'anciens documents, demandes d'immatriculation, magazines, videos et photographies. Figure également au dossier, un rapport d'état récent évaluant la voiture à plus de 300 000 € après restauration. Potentielle gagnante à de prestigieux concours d'élégance dans le monde entier, la magnifique création d'Abbott représente une extraordinaire opportunité de posséder une pièce unique de l'histoire de la Jaguar XK120.