1932 Invicta 12/45

Summary

  • Year of manufacture 
    1932
  • Chassis number 
    L66 (see text)
  • Lot number 
    10
  • Drive 
    LHD
  • Condition 
    Used
  • Number of seats 
    2
  • Location
  • Exterior colour 
    Other
  • Drivetrain 
    2wd
  • Fuel type 
    Petrol

Description

1932 Invicta 12/45 4½-Litre Tourer
Chassis no. L66 (see text)

In its all-too-short lifetime, Invicta carved out an enviable reputation for building fine sporting motor cars, the larger Meadows-engined models in particular offering class-leading performance and impeccable build quality.

The origins of the company known as Invicta Cars go back to 1925 when Noel Macklin and Oliver Lyle, both of whom already had motor industry experience, got together to create a car combining American levels of flexibility and performance with European quality and roadholding. Like the contemporary Bentley, the Invicta was designed by men with backgrounds in competition motoring and both were produced to the highest standard. Price was only a secondary consideration, a factor that contributed to both firms' failure to survive the Depression years of the early 1930s. Like Bentley, Invicta struggled against rising costs and falling sales, the final car leaving the factory, appropriately enough, on Friday 13th of October 1933, though a handful of cars was assembled at the company's service depot in Flood Street, Chelsea between 1934 and 1936. It is estimated that approximately 1,000-or-so Invictas of all types were made.

Apart from three Coventry Climax-engined prototypes built at Macklin's home in Cobham, Surrey, all larger Invictas were powered by the tireless six-cylinder engines made by Henry Meadows. Invicta cars quickly established a reputation for outstanding durability, bolstered by the award of the RAC's coveted Dewar Trophy in 1926 and 1929, largely for the marque's successes in long-distance reliability trials, including a 10,000-mile 'around-the-world' trip by sisters Violette and Evelyn Cordery, who also completed a '30,000 miles in 30,000 minutes' trial at Brooklands.

In 1928, Invicta introduced a new 30hp model powered by the ubiquitous Meadows 4½-litre six. Early examples used the existing 3-Litre chassis, which was soon revealed to be insufficiently sturdy, resulting in the development of the 'NLC' (New Large Chassis), which first appeared at the 1929 London Motor Show at Olympia. Finished to Rolls-Royce standards, the NLC chassis cost a staggering £1,050 at a time when the average UK house price was £590! It would go on to form the basis of the famous S-Type 'low chassis' sports model: the '100mph Invicta'.

Like most low-speed engines, the Meadows six produced ample torque in the lower and middle speed ranges. Indeed, the Invicta can be throttled down to 6-8mph in top gear and will then accelerate rapidly and without fuss, still in top gear, when the accelerator is depressed. The acceleration figures given by the contemporary motoring press speak for themselves on this subject. Indeed, in 1930 the Cordery sisters drove their '30,000 miles in 30,000 minutes' high chassis tourer from London to Edinburgh in top gear. This same car was then driven by Donald Healey in that year's Alpine Trial, winning its class.

The 4½-litre Invicta had few equals as a very fast but comfortable high-speed touring car, its greatest appeal being an ability to cover big mileages at high average speeds with no strain, either to driver or the machinery. These Invictas are about as indestructible in normal use as a car can be.

For customers less concerned with ultimate performance, the company offered the 12/45. Introduced in 1932 and built to the firm's customary high standards, the 12hp 'Small Invicta' was an intriguing exercise in circumventing the ludicrous tax on engine capacity that dictated British design policy between the wars. Strongly built and well finished in typical Invicta fashion, the 12/45 used a 1½-litre, six-cylinder, single-overhead-camshaft Blackburne engine and was available with either tourer or saloon coachwork. Like its big 4½-Litre sister, the Small Invicta had a massive chassis with wide-set springs for maximum stability.

Referred to as chassis number 'L66' (logbook) and 'LC 66' elsewhere, the car offered here started life as a 12/45 with two-seat open tourer coachwork in red (see UK logbook). The car was delivered new to Bessie Mabel Robinson, changing hands in 1943 and again in 1950 and '51. It is understood to have received the 4½-litre six-cylinder Meadows engine early in its life.

Subsequently the Invicta moved to Germany where the German owner and his mechanics restored and re-bodied the car during the mid/late 1990s. The new aluminium-panelled, timber-framed body was constructed in the style of Carbodies four-seat open tourer. Finished in dark green with tan interior, it has received much care and attention to keep it in top condition.

Completely overhauled by recognised specialists LMB and Historic Competition Services, the engine has been rebuilt to the highest specification with a new steel crankshaft, special stronger connecting rods and pistons, new bearings, special camshaft, etc plus an up-rated clutch. The engine is very powerful (maximum output is estimated as around 180bhp) but at the same time extremely smooth and tractable, while the gearbox is a four-speed unit, fully rebuilt with special 'dog-engagement' internals to enable faster and smoother gear changes.

Since completion in 2000 this Invicta has competed successfully on several occasions on rallies including the Flying Scotsman and the Tulip Rally. Described as excellent throughout and a pleasure to drive, this delightful 'Post-Vintage Thoroughbred' is offered with current Belgian registration papers; a taxation report (dated 2014); sundry invoices for work carried out (mainly by Historic Competition Services and LMB); TüV document (dated 2009) and the aforementioned original UK logbook.

Invicta 1½-Litre/4½-Litre tourer 1932
Châssis n° L66 (voir texte)

•À l'origine un modèle 12/45
•Restaurée au plus haut niveau
•Excellent état de présentation
•Modifiée avec un puissant moteur Meadows 4½-litre

Au cours de sa trop courte vie, Invicta se tailla une enviable réputation dans la construction de sportives raffinées, en particulier les puissants modèles à moteur Meadows qui offraient des performances haut de gamme et une qualité de construction irréprochable.

Les origines de la société connue sous le nom d'Invicta Cars remontent à 1925, lorsque Noel Macklin et Oliver Lyle, tous deux ayant déjà une expérience dans l'industrie automobile, s'associèrent pour créer une automobile combinant le niveau de souplesse et de performances des modèles américains et la tenue de route et la qualité des modèles européens. À l'instar des Bentley contemporaines, l'Invicta avait été conçue par des hommes qui avaient un passé en compétition et toutes deux étaient construites au plus haut niveau de qualité. Le prix était une considération annexe, un facteur qui contribua à la faillite des deux firmes qui ne survécurent pas à la dépression du début des années 1930. Comme Bentley, Invicta batailla ferme contre l'augmentation des prix et la chute des ventes, la dernière voiture quittant l'usine, de manière ironique, le vendredi 13 octobre 1933, bien qu'une poignée de modèles ait encore été assemblée aux entrepôt de la société sur Flood Street, à Chelsea, entre 1934 et 1936. On estime qu'environ 1 000 Invictas de tous types furent construites.

En dehors de trois prototypes à moteur Coventry Climax construits chez Macklin à Cobham, dans le Surrey, toutes les grosses Invicta étaient propulsées par l'infatigable six cylindres construit par Henry Meadows. Les Invicta se firent rapidement une réputation pour leur extraordinaire robustesse confirmée par le très enviable Dewar Trophy du RAC en 1926 et 1929, largement dû au succès de la marque dans les rallyes d'endurance longue distance, notamment les 10 000 miles « autour du monde » des sœurs Violette et Evelyn Cordery, qui accomplirent également un « 30 000 miles in 30 000 minutes » à Brooklands.

En 1928, Invicta présenta le nouveau modèle 30 HP animé par l'omniprésent six cylindres Meadows 4½-litre. Les premiers exemplaires faisaient appel au châssis 3-Litre, qui s'avéra rapidement trop peu robuste, menant au développement de la NLC (New Large Chassis), qui fit son apparition au salon de Londres à l'Olympia en 1929. Construite au standard d'une Rolls-Royce, la NLC valait la somme stupéfiante de 1 050 £ à une époque où le prix moyen d'une maison au Royaume-Uni était de 590 £ ! Elle allait fournir la base de la fameuse S-Type Sports « châssis surbaissé », l'Invicta des 100 mph.

Comme tous les moteurs à régime lent, le six cylindres Meadows fournissait un couple généreux à bas et moyen régime. En fait, avec l'Invicta, on peut accélérer à partir de 6-8 mph sur le rapport supérieur et elle prendra rapidement de la vitesse sans faire d'histoire, en restant sur le rapport le plus élevé, jusqu'à ce qu'on lève le pied. Les chiffres d'accélération donnés dans la presse d'époque parlent d'eux-mêmes. De fait, en 1930, pour leur « 30 000 miles en 30 000 minutes », les sœurs Cordery pilotèrent leur tourer de Londres à Édimbourg uniquement sur le rapport supérieur. La même voiture fut pilotée par Donald Healey dans l'Alpine Trial la même année et remporta sa classe.

L'Invicta 4½-litre avait peu de rivales dans la catégorie des voitures de tourisme rapides et confortables, sa plus grande aptitude étant les longs kilométrages à des moyennes élevées sans fatigue ni pour la machine, ni pour son conducteur. Ces Invicta sont aussi indestructibles que peut l'être une automobile en usage normal.

Pour les clients moins avides de performances ultimes, la marque proposait la 12/45. Dévoilée en 1932 et construite aux standard élevés habituels de la marque, la « petite Invicta » 12 HP était un exercice de voltige pour contourner les coûteuses taxes sur la cylindrée des moteurs édictées par le gouvernement britannique entre les deux guerres. Solidement construite et bien finie selon les critères habituels d'Invicta, la 12/45 faisait appel au six cylindres à simple arbre à cames en tête Blackburne de 1½-litre et était proposée avec carrosserie tourer ou berline. Comme sa grande sœur 4½-Litre, la petite Invicta reposait sur un châssis massif avec des ressorts surdimensionnés pour une stabilité maximale.

Désignée sous le numéro de châssis L66 (sur le registre) et LC 66 partout ailleurs, la voiture proposée ici commença sa vie sous la forme 12/45 avec une carrosserie tourer deux places rouge (registre du Royaume-Uni). Elle fut livrée neuve à Bessie Mabel Robinson, changeant de main en 1943, puis à nouveau en 1950 et 1951. On pense qu'elle a reçu le six cylindres Meadows de 4½-litre assez tôt.

Puis l'Invicta déméngea en Allemagne où son propriétaire et son mécanicien restaurèrent et recarrossèrent la voiture au milieu et à la fin des années 1990. La nouvelle carrosserie à panneaux d'aluminium sur structure en bois fut construite dans le style des tourers quatre places de Carbodies. Vert foncé avec intérieur en cuir fauve, elle a reçu des soins attentionnés pour la conserver en très bon état.

Entièrement révisé par des spécialistes reconnus, LMB et Historic Competition Services, le moteur a été refait aux spécifications les plus élevées avec un nouveau vilebrequin en acier, des bielles et des pistons spéciaux plus solides, des paliers neufs, un arbre à cames spécial, etc, ainsi qu'un embrayage amélioré. Le moteur est très puissant (la puissance maximale est estimée à environ 180 ch) mais il est également extrêmement souple et docile, tandis que la boîte est une quatre vitesses, entièrement refaite avec des crabots spéciaux pour faciliter les changements de rapports.

Depuis son achèvement en 2000, cette Invicta a participé avec succès à plusieurs rallyes dont le Flying Scotsman et le Rallye des Tulipes. Excellent à tous points de vue et agréable à conduire, ce délicieux pur-sang « Post-Vintage » est vendue avec ses papiers d'immatriculation belge, un rapport de taxes (daté de 2014), diverses factures de travaux (la plupart émanant d'Historic Competition Services et de LMB), son certificat TüV (daté de 2009) et le registre britannique original mentionné plus haut.