1989 Ferrari Testarossa

Summary

  • Year of manufacture 
    1989
  • Chassis number 
    ZFFSA17S000081193
  • Lot number 
    240
  • Condition 
    Used
  • Location
  • Exterior colour 
    Other

Description

1989 Ferrari Testarossa Coupé
Coachwork by Pininfarina
Chassis no. ZFFSA17S000081193

"There are fast cars and fast cars. None of them comes close to the 180mph Ferrari Testarossa: it is firmly in that top echelon of high performance cars for which perhaps only two or three rivals qualify. The Testarossa is so excitingly fast you can relive the moments of spine-tingling acceleration from the mere mention of the revered name." - Motor.

With a top speed of 'only' 180mph (290km/h), the Ferrari Testarossa might not have the same bragging rights as today's crop of 200mph-plus supercars, but in terms of style and sex appeal Pininfarina's iconic masterpiece is in a league of its own.

Ferrari's flagship model, the Testarossa supercar revived a famous name from the Italian company's past when it unveiled to the public at the Lido Club in Paris in October 1984. A 'next generation' Berlinetta Boxer, the Testarossa retained its predecessor's amidships-mounted, 5.0-litre, flat-12 engine, the latter now boasting a maximum power output raised to 380bhp at 6,300rpm courtesy of four-valve cylinder heads. Despite the power increase, smoothness and driveability were enhanced, the car possessing excellent top gear flexibility allied to that maximum speed of 180mph.

Rivalling Lamborghini's Countach for presence, the Pininfarina-designed Testarossa succeeded brilliantly, the gill slats feeding air to its side-mounted radiators being one of the modern era's most instantly recognisable – and copied - styling devices. A larger car than the 512BB - the increase in width being necessary to accommodate wider tyres - the Testarossa managed the trick of combining high downforce with a low coefficient of drag, its graceful body being notable for the absence of extraneous spoilers and other such devices. Despite the increase in size over the 512BB, the Testarossa was lighter than its predecessor, the body - its steel doors and roof excepted - being, somewhat unusually for a production Ferrari, of aluminium. Luxury touches in the well-equipped cabin included air conditioning, electrically adjustable seats, tilting steering wheel, and plentiful leather. Unlike some of its rivals, the Testarossa possessed light controls and was relatively easy to drive, factors which, allied to its outstanding performance and stunning looks, contributed to an instant and sustained high level of demand. By the time production of the original Testarossa ceased in late 1991, a total of 7,177 had been manufactured, making it one of the most successful Ferraris to date.

This example of Ferrari's epoch-defining supercar was completed at the Maranello factory on 19th April 1989 and delivered new to Switzerland where its first owner was Mr Marcel Stefan Schmid. Little else is known of the car's history other than the fact that its original exterior colour was Blu Sera. Now refinished in yellow with a blue leather interior, the car currently displays a total of circa 49,000 kilometres on the odometer and is presented in apparently good cosmetic condition. Its last Swiss MFK (technical inspection) was carried out in May 2019 and the Ferrari is classed in Switzerland as a 'Veteran'. The car retains it original leather wallet, which contains the warranty card, service booklet, Clarion radio instructions, and Ferrari map of Switzerland. A guaranteed head-turner wherever it goes, this wonderful Testarossa would be the perfect addition to any collection of Ferraris.

Ferrari Testarossa coupé 1989
Carrossée par Pininfarina
Châssis n° ZFFSA17S000081193

•Une Ferrari emblématique
•Livrée neuve en Suisse
•Environ 49 000 km
•Dernier MFK (contrôle technique) suisse en mai 2019

"Il y a voitures rapides et voitures rapides. Aucune ne s'approche de la Ferrari Testarossa et de ses 290 km/h, une automobile qui fait clairement partie du club des voitures à hautes performances, auquel seules deux ou trois rivales peuvent prétendre appartenir. La Testarossa est d'une rapidité à ce point émoustillante qu'on peut retrouver la chair de poule que procurent ses accélérations rien qu'en mentionnant son vénérable nom." Motor.

Avec sa vitesse de pointe de "seulement" 290 km/h, la Ferrari Testarossa n'a peut-être pas le droit de faire la fière à côté des supercars d'aujourd'hui et de leurs plus de 320 km/h, mais en termes de style et de sex-appeal, ce chef d'œuvre emblématique de Pininfarina joue dans une autre division.

La Testarossa, cette supercar qui fut le vaisseau amiral de Ferrari, fit revivre lors de sa présentation publique d'octobre 1984 au Lido de Paris une appellation prestigieuse de la marque italienne. Remplaçante de la Berlinetta Boxer, la Testarossa en reprit le douze-cylindres à plat de 5,0 litres monté en position centrale, d'une puissance portée à 380 chevaux à 6 300 tr/min grâce à des culasses à quatre soupapes par cylindre. Malgré cette augmentation de puissance, la voiture avait gagné en douceur et en agrément de conduite et offrait une très grande souplesse sur le dernier rapport, pour une vitesse maximale de 290 km/h.

Dessinée par Pininfarina, la Testarossa rivalisait par son aspect avec la Lamborghini Countach ; elle rencontra un vif succès, et ses prises d'air latérales alimentant les radiateurs devinrent l'un des effets de style les plus reconnaissables et les plus copiés de l'époque. Plus large que la 512BB, pour loger des pneus eux-mêmes plus larges, la Testarossa réussissait à concilier des efforts de placage aérodynamiques élevés avec une faible résistance à l'avancement, tout cela sans qu'aucun spoiler ou autre artifice ne vînt altérer la grâce de sa silhouette. Malgré son augmentation de taille par rapport à la 512BB, la Testarossa avait réussi à être plus légère qu'elle, du fait d'une carrosserie en aluminium (sauf le pavillon et les portes, en acier), ce qui était quelque peu inhabituel sur une Ferrari de série. Parmi les notes de luxe présentes dans son habitacle bien équipé, figuraient l'air conditionné, des sièges réglables électriquement, un volant inclinable et beaucoup de cuir. Contrairement à certaines de ses concurrentes, la Testarossa avait peu d'organes de commandes et était assez facile à conduire, ce qui, allié à ses performances exceptionnelles et à son aspect sensationnel, entraîna une forte demande, dès le début et pendant longtemps. Lorsque sa production cessa à la fin de 1991, 7 177 Testarossa étaient sorties d'usine, ce qui en fit l'un des plus grands succès de Ferrari à ce jour.

Cet exemplaire de ce qui fut alors la supercar de Ferrari sortit de l'usine de Maranello le 19 avril 1989 pour être livré en Suisse, où son premier propriétaire fut M. Marcel Stefan Schmid. On en sait peu sur son histoire, si ce n'est que sa couleur d'origine était le bleu Blu Sera. Elle est maintenant jaune avec un intérieur en cuir bleu, affiche à son compteur environ 49 000 km et se présente dans un apparemment bon état esthétique. Son dernier MFK (contrôle technique) suisse remonte à mai 2019 et elle a été classée pour la Suisse en catégorie 'Vétéran'. Elle est toujours munie de sa pochette cuir d'origine dans laquelle se trouvent sa carte de garantie, son carnet d'entretien, la notice d'utilisation de son autoradio Clarion et une carte de Suisse éditée par Ferrari. Cette merveilleuse Testarossa, qui ne manquera pas de faire se retourner les têtes sur son passage où qu'elle se trouve, constituerait un parfait apport à toute collection de Ferrari.