2011 Ferrari 599

Summary

  • Year of manufacture 
    2011
  • Chassis number 
    ZFF72RDB000182510
  • Lot number 
    50
  • Drive 
    LHD
  • Condition 
    Used
  • Number of seats 
    2
  • Location
  • Exterior colour 
    Other
  • Drivetrain 
    2wd
  • Fuel type 
    Petrol

Description

2011 Ferrari 599 SA Aperta with Factory Hardtop
Coachwork by Pininfarina
Chassis no. ZFF72RDB000182510

'The Ferrari 599 offers mind-blowing pace and handling. Quite possibly the best Ferrari of its generation. We'll spare the 911 Turbo the ignominy of comparison times, because the Ferrari has moved the game onto another level.
'There are the quick cars – those that nip below 10 seconds to 100mph, such as the Lamborghini Gallardo. Then there are the very quick cars, which post 0-100mph times beginning with an eight. But anything under eight seconds belongs to an elite group, and in gaining such membership, the Ferrari 599 has shaken the establishment like nothing in the past 20 years. Its 7.4sec average matches the time we recorded for the Pagani Zonda S. Rest to 60mph takes just 3.7sec.' – Autocar.

The car offered here is one of the most exclusive of modern Ferraris, the 599 SA Aperta, a development of the original 599 GTB Fiorano, of which only 80 examples were made. Introduced at the Geneva Motor Show in February 2006, the 599 GTB Fiorano took its name from Ferrari's famous test track and was the latest in a succession of models named after places associated with the marque such as Modena and Maranello. Its immediate predecessor - the 575 Maranello - had met with a mixed reception, disappointing those that had so admired the 550 Maranello, so Ferrari had some catching up to do in designing the 599.

Having favoured the mid-engined layout for its 12-cylinder road cars from the mid-1970s to the late 1990s, Ferrari surprised everyone by introducing the 550 Maranello. The latter's arrival in 1997 saw the Italian manufacturer return to its tradition of building front-engined V12 two-seater sports cars, resurrecting a line that had remained dormant since the demise of the 365GTB/4 'Daytona' in 1974. The 599 was the latest in this noble line that stretched all the way back to the 250GT SWB of the early 1960s. In designing the 599, Ferrari abandoned the tubular steel chassis of the 550/575, adopting a more advanced and lighter all-aluminium chassis of greatly increased stiffness. Styled by Pininfarina under the direction of Ferrari's Frank Stephenson, the 599 with its long bonnet, small cabin, raised haunches and aggressive stance seemed the very definition of the term 'sports car'. The body's aerodynamics were developed in the wind tunnel, where hours of testing ensured that the minimum of drag was combined with constant downforce regardless of set up, an important consideration in a 200mph road car. Styling details such as the front brake ducts and hot air outlets behind the front wheelarches recalled the great competizione Ferraris of the past while the tail incorporated Ferrari's characteristic twin circular lights.

The heart of any Ferrari is its engine, and the 599's 48-valve, 6.0-litre V12 was a reworked version of that found in the Enzo supercar. As installed in the 599, this state-of-the-art unit produced a staggering 612bhp at 7,600rpm with maximum torque of 448lb/ft at 5,600 revs. Weighing a claimed 1,690kg, the 599 has a power-to-weight ratio of 362bhp per tonne, far eclipsing the 291bhp/tonne of its 575 Maranello predecessor. Developed as part of Ferrari's Formula 1 programme, the paddle shift gearbox had become a feature of its range-topping sports cars and was available in its latest form for the 599, capable of changing gear in a mere 100 milliseconds. A conventional six-speed gearbox was available also.

Although active suspension had long been banned form Formula 1, its development for road cars had continued and the 599 came equipped with SCM magnetorheological 'semi-active' dampers. The latter's damping fluid changes in viscosity almost instantaneously when a magnetic field is applied, thereby altering the suspension characteristics. Damper controls were placed on the Formula 1-style steering wheel together with those for traction control and stability, as was the starter button. The 599's fortunate driver would find him/herself looking at a central analogue rev counter flanked by a similar speedometer and an electronic display screen for all other functions. Ferrari thoughtfully provided plentiful storage space within the sumptuous leather-trimmed interior.

In line with Ferrari's current practice, a succession of limited edition variants followed, the convertible version - the 599 SA Aperta - being announced at the 2010 Paris Motor Show. Conceived to honour designers Sergio and Andrea Pininfarina, it was built in a strictly limited edition of only 80. The Aperta used the more powerful (661bhp) engine of the 599 GTO, the road-going version of the track-only 599XX, which when released was Ferrari's fastest-ever road car.

Representing a possibly once-in-a-lifetime opportunity to acquire one of these ultra-rare and exclusive Ferrari supercars, the Aperta offered here was delivered new to the first owner in Sweden. Finished in Nero Stellato with beige leather interior, it is one of very few 599 SA Apertas that has both a soft-top and an original factory carbon-fibre hardtop. These factory hardtops were an extremely expensive option, and it is believed that only 14 Ferrari 599 SA Apertas were ordered with one. Every hardtop was made individually by the Ferrari factory, and the colour matched to that of the car.

Currently in the hands of its second owner, this car has covered only 2,634 kilometres since it left the factory and is presented in effectively 'as new' condition and accident free. It has been serviced on four occasions: by supplying dealer Ferrari Autoropa in 2013 and 2014, and by Ferrari Basel (Niki Hasler) in 2015 and 2018. Only some 30 or so kilometres have been covered since the last service. Accompanying documentation includes a factory Certificate of Authenticity, Ferrari Classiche 'Red Book', original manual and user guide (in German), original warranty booklet, and a Swiss Carte Grise.

◊ Note: If you wish to bid on this Lot, special formalities are required. Contact Client Services at +44 20 7447 7447 / [email protected] in advance of the sale. Please also note Online Bidding is not available for this Lot.

Ferrari 599 SA Aperta avec hardtop d'usine 2011
Carrosserie Pininfarina
Châssis n° ZFF72RDB000182510

•Une des 80 construites
•Une des 14 livrées avec son hardtop d'usine
•Livrée neuve en Suède
•Seulement deux propriétaires
•Seulement 2 634 kilomètres d'origine
•Immatriculée en Suisse

« La Ferrari 599 offre une vitesse et une tenue de route époustouflantes. Probablement la meilleure Ferrari de sa génération. Nous éviterons d'abaisser la 911 Turbo à un comparatif, car la Ferrari a placé la barre un cran plus haut. »
« Il y a des voitures rapides – celles qui descendent au-dessous des 10 secondes aux 100 miles par heure comme la Lamborghini Gallardo. Puis, viennent les voitures très rapides, celles qui établissent des temps aux 0 à 100 miles par heure commençant par un 8. Mais tout ce qui est au-dessous de 8 appartient à un groupe d'élite et, en entrant dans ce club très fermé, la Ferrari 599 a secoué ce petit monde comme personne depuis 20 ans. Ses 7,4 secondes de moyenne égalent les temps enregistrés pour la Pagani Zonda S. Le 0 à 100 km/h ne prend que 3,7 secondes. » – Autocar.

La voiture proposée ici est l'une des Ferrari modernes les plus exclusives, la 599 SA Aperta, une évolution de la 599 GTB Fiorano originale dont il ne fut construit que 80 exemplaires. Dévoilée au Salon de Genève en février 2006, la 599 GTB Fiorano devait son nom à la prestigieuse piste d'essai de Ferrari et était le dernier modèle baptisé de nom de lieux associés à la marque, comme Modena et Maranello. Son immédiate devancière - la 575 Maranello – avait reçu un accueil mitigé, décevant ceux qui avaient tant admiré la 550 Maranello, Ferrari devait donc rattraper le coup en concevant la 599.

Ayant privilégié le moteur central pour ses routières équipées d'un 12 cylindres depuis le milieu des années 1970 jusqu'à la fin des années 1990, Ferrari surprit tout le monde avec la 550 Maranello. Dévoilée en 1997, elle voyait le constructeur italien revenir à sa tradition des sportives à deux places à moteur V12 à l'avant, ressuscitant un type de modèle restée inexploité depuis l'arrêt de la 365 GTB/4 « Daytona » en 1974. La 599 était la dernière héritière de cette noble gamme qui remontait à la 250GT châssis court du début des années 1960. En concevant la 599, Ferrari abandonnait le châssis tubulaire des 550/575 pour adopter un châssis tout aluminium plus moderne et plus léger et aussi bien plus rigide. Dessinée par Pininfarina sous la houlette du designer de Ferrari, Frank Stephenson, la 599 avec son long capot, son petit habitacle, ses hanches bien marquées et son allure agressive, semblait être la parfaite illustration de l'expression « voiture de sport ». L'aérodynamique de sa carrosserie avait été développée en soufflerie où des heures d'essai avaient permis de combiner la résistance minimale avec l'appui maximal en toutes conditions, une donnée essentielle pour une voiture capable d'atteindre les 320 km/h. Des détails de style comme les entrées d'air des freins et les extracteurs d'air chaud derrière les passages de roue avant rappellent les grandes Ferrari competizione du passé avec les feux arrière circulaires typiques des Ferrari.

Le cœur de toute Ferrari est son moteur et le V12 de 6 litres à 48 soupapes de la 599 était une évolution de celui que l'on trouvait dans la supercar Ferrari Enzo. Tel qu'installé dans la 599, ce bloc dernier cri développait 612 ch à 7 600 tr/min avec un couple maximum de 448 lb/ft à 5 600 tr/min. Pesant 1 690 kg, la 599 affiche un rapport puissance/poids de 362 ch/tonne, dépassant de loin les 291ch/tonne de sa devancière 575 Maranello. Mise au point dans le cadre du programme de Formule 1 de Ferrari, la transmission par palettes au volant était devenue un accessoire de série sur ses sportives de route et, bien sûr, sur la 599, capable de changer de rapport en 100 millisecondes. Une boîte à six rapports conventionnelle était également proposée.

Bien que la suspension active ait été bannie de la Formule 1 depuis longtemps, sa mise au point sur les modèles de tourisme avait continué et la 599 était équipée d'amortisseurs hydrauliques magnétiques SCM « semi-actifs ». La viscosité du fluide amortisseur change presque instantanément lorsqu'on lui applique un champ magnétique, altérant ainsi les caractéristiques de la suspension. Le contrôle des amortisseurs était placé sur le volant de type Formule 1, à côté de ceux de la traction et de la stabilité, près du démarreur. L'heureux (-se) conducteur (-trice) d'une 599 se retrouvait face à un compte-tours central analogique, flanqué d'un tachymètre et d'un écran électronique pour toutes les autres fonctions. Ferrari a judicieusement prévu un vaste espace pour les bagages dans le somptueux habitacle habillé de cuir.

Selon la tradition Ferrari, quelques séries limitées ont suivi, la version cabriolet - la 599 SA Aperta – ayant été présentée au Salon de Paris 2010. Conçue pour rendre hommage aux carrossiers Sergio et Andrea Pininfarina, elle a été construite à seulement 80 exemplaires. L'Aperta faisait appel au moteur le plus puissant (661 ch), celui de la 599 GTO, la version routière de la 599 XX uniquement homologuée sur circuit, qui lorsqu'elle avait été dévoilée était la Ferrari de route la plus rapide de tous les temps.

Occasion probablement unique d'acquérir une de ces très rares et exclusives supercars Ferrari, l'Aperta proposée ici a été livrée neuve à son premier propriétaire en Suède. De couleur Nero Stellato avec intérieur beige, c'est l'une des très rares 599 SA Aperta qui possède à la fois une capote et un hardtop d'usine en fibre de carbone. Ces hardtops d'usine sont une option extrêmement chère et on pense que seulement 14 Ferrari 599 SA Aperta ont été livrée avec. Chaque hardtop était fabriqué individuellement par l'usine Ferrari et sa couleur assortie à celle de la voiture.

Elle est aux mains de son second propriétaire, n'a parcouru que 2 634 kilomètres depuis qu'elle a quitté l'usine et se présente « comme neuve » et sans accident. Elle a été entretenue à quatre occasions, par le concessionnaire qui l'a livrée, Ferrari Autoropa, en 2013 et 2014, et par Ferrari Basel (Niki Hasler) en 2015 et 2018. Seulement une trentaine de kilomètres ont été ajoutés depuis ce dernier entretien. La documentation fournie comprend un certificat d'authenticité de l'usine, le « Red Book » Ferrari Classiche, le manuel d'origine et le livret du propriétaire (en allemand), le livret de garantie et la carte grise suisse.

◊ Veuillez noter que des formalités spéciales d'enregistrement seront exigées si vous souhaitez enchérir sur ce lot. Contactez notre service clients au +44 20 7447 7447 / [email protected] avant la vente. Veuillez aussi noter que les enchères en ligne ne seront pas disponibles pour ce lot.