2000 Ferrari 360

Modena

Summary

  • Year of manufacture 
    2000
  • Mileage 
    73 524 km / 45 686 mi
  • Car type 
    Other
  • Lot number 
    21
  • Drive 
    LHD
  • Condition 
    Original condition
  • Interior colour 
    Black
  • Number of doors 
    2
  • Number of seats 
    2
  • Location
  • Exterior colour 
    Grey
  • Gearbox 
    Automatic
  • Drivetrain 
    2wd
  • Fuel type 
    Petrol

Description

La Ferrari 360 Modena a succédé à la F355 en 1999. Ferrari et Pininfarina sont partis d’une feuille blanche et la 360 est donc entièrement nouvelle. Plus imposante que la F355, elle doit son style radical à la recherche d’un appui accru sans augmenter la trainée. Le V8 à 90°, porté de 3 496 cm3 à 3 586 cm3 (85 x 79 mm) était l’un des rares éléments repris de la 355. Doté de deux arbres à cames en tête et cinq soupapes par cylindres, il est placé en position centrale en long à l’arrière et atteint sa puissance maximale de 400 ch à 8 500 tr/min. Contrairement à celle de la F355, la boîte à six rapports de la 360 est montée longitudinalement derrière le moteur, et non plus en travers, et pouvait être commandée avec commande par palettes inspirée de la F1, qu’avait inauguré la
F355. Elle fait un large appel à l’électronique pour les aides à la conduite et la commande de boîte. Plus puissante de 20 ch que sa devancière, la seule amélioration de performances revendiquée par la 360 est le 0 à 100 km/h en 5 secondes, la vitesse maximale restant identique à 280 km/h. Sur route la 360 représentait un progrès considérable dans l’agrément de conduite, son meilleur temps sur le circuit de Fiorano s’établissant trois secondes au-dessous de celui de la F355.
La Modena recevait un châssis en aluminium plus léger et plus rigide qui remplaçait celui en acier de la F355, accroissant la rigidité et facilitant la construction de la version spider. Malgré sa taille supérieure, la 360 pesait environ 100 kg de moins que la F355, grâce à sa carrosserie entièrement en aluminium. La 360 recevait un capot moteur transparent - devenu aujourd’hui courant sur les Ferrari - exposant le beau V8 et ses couvre-culasses peints en rouge. La rupture la plus frappante avec les autres Ferrari était le traitement de la partie avant sans grille ovale, remplacée par deux entrées d’air séparées, placées très bas dans le bouclier. Le modèle proposé à la vente, d’origine belge, en bon état général, date de 2000. Il se présente avec une peinture gris foncé métallisée brillante et uniforme en bon état avec les bandes décoratives aux couleurs italiennes sur fond blanc typiques. La voiture a toujours été bien entretenue (carnet d’entretien complet avec factures) et sort de révision. La mise en route se fait sans difficulté et la mécanique est propre. Elle est dotée d’un échappement « sport » en aluminium et de la fameuse boîte F1 à 6 rapports en parfait état. L’occasion d’acquérir une Ferrari encore accessible et qui marque un tournant dans l’histoire des berlinettes à moteur central du cavallino.