1977 Ferrari 308

Summary

  • Year of manufacture 
    1977
  • Chassis number 
    F106AB 20795
  • Lot number 
    214
  • Drive 
    LHD
  • Condition 
    Used
  • Number of seats 
    2
  • Location
  • Exterior colour 
    Other
  • Drivetrain 
    2wd
  • Fuel type 
    Petrol

Description

1977 Ferrari 308 GTB Vetroresina Coupé
Coachwork by Pininfarina/Scaglietti
Chassis no. F106AB 20795

The 308 GTB offered here has lighter glassfibre (vetroresina) bodywork and dry-sump lubrication of the very first cars produced, which are the most sought after by enthusiasts today.

Introduced at the Paris Salon in 1975, the stunningly beautiful 308 GTB – Ferrari's second V8-engined road car - marked a welcome return to Pininfarina styling following the Bertone-designed Dino 308 GT4. Built by Scaglietti, the newcomer had changed little mechanically, retaining its predecessor's underpinnings and four-cam, 3.0-litre V8 engine, whose 255bhp was good enough to propel the 308 GTB to a top speed of 240km/h (150mph).
The choice of glassfibre (vetroresina) for the 308 GTB's bodywork marked the first time this material had been used for a production Ferrari. Steel bodies were phased in during 1977, production of the two types overlapping. The change brought with it a considerable weight penalty and consequent reduction in performance, as well as an increased susceptibility to corrosion. Naturally, anyone wanting to race a 308 GTB acquired a vetroresina if they could. Further developments included the introduction of an open GTS version with Targa-style removable roof, the adoption of Bosch K-Jetronic fuel injection (1980) and, finally, revised cylinder heads with four valves per cylinder (1982).

One of only 808 308 GTB vetroresina coupés produced, '20795' was delivered in 1977 to its first owner via the Turin Ferrari concessionaire, Automobili Bordese. The car was first registered in Cremona, Italy and in 1986 was sold to a new owner in Milan, who kept the Ferrari for only a short while before selling it in 1987 to the current vendor. Finished in stunning Blu Sera metallic, with contrasting beige leather interior, it currently displays a believed correct total of just over 80,000 kilometres on the odometer.

Mechanically, the car has been looked after by a specialist workshop in Milan while in the vendor's care, benefiting from a comprehensive overhaul of the rear suspension, engine mountings, shock absorbers, etc and a major service a cost of some €13,000 in 2017.

Only sold because of its proud owner's advancing years, the car is offered with Italian registration documents; the original instruction book (now properly book-bound); the original warranty card and owner's service book; the Ferrari booklet listing Ferrari Sales and Service agents; ASI Certificate; FIVA Identity Card from 2004 (now expired); and sundry invoices for the aforementioned works and general servicing.

Refreshingly finished in a colour other than the much more common red, this is an attractive proposition for the Ferrari enthusiast.

Ferrari 308 GTB Vetroresina coupé 1977
Carrosserie Pininfarina/Scaglietti
Châssis n° F106AB 20795

•Un des 808 modèles vetroresina construits
•Livrée neuve en Italie
•Aux mains de l'actuel propriétaire depuis 33 ans
•Environ 80 000 kilomètres supposés d'origine
•Bien entretenue
•Immatriculée en Italie

La 308 GTB proposée ici est doté de la carrosserie plus légère en fibre de verre (vetroresina) et de la lubrification par carter sec des tout premiers modèles construits, qui sont aujourd'hui les plus recherchés par les passionnés.

Présentée au Salon de Paris en 1975, la superbe 308 GTB – seconde Ferrari de route à moteur V8 – marquait un retour apprécié aux services de Pininfarina pour le style, après la Dino 308 GT4 dessinée par Bertone. Construite par Scaglietti, la nouvelle venue changeait peu mécaniquement, reprenant le train roulant et le V8 3 litres à quatre arbres à cames de sa devancière, dont les 255 ch suffisaient à propulser la 308 GTB à une vitesse maximale de 240 km/h.

Le choix de la résine (vetroresina) pour la carrosserie de la 308 GTB était une première pour une Ferrari de série. Les carrosseries en acier arrivèrent en 1977, la production des deux types se chevauchant. Ce changement s'accompagnait d'une augmentation de poids et d'une réduction des performances conséquente, ainsi que d'une propension à la corrosion. Naturellement, quiconque désirant courir avec une 308 GTB choisissait une version « vetroresina » s'il le pouvait. Les évolutions successives furent l'apparition d'une version ouverte, la GTS avec un toit amovible style Targa, l'adoption de l'injection électronique Bosch K-Jetronic (1980) et, finalement, une culasse modifiée à quatre soupapes par cylindre (1982).

20795, l'un des 808 coupés 308 GTB vetroresina produits, a été livré en 1977 à son premier propriétaire par le concessionnaire Ferrari de Turin, Automobili Bordese. La voiture a été initialement immatriculée à Crémone, en Italie et en 1986 a été vendue à un nouveau propriétaire à Milan, qui n'a gardé la Ferrari qu'un court laps de temps, avant de la céder en 1987 au vendeur. Peinte dans un incroyable Blu Sera métallisé avec intérieur en cuir beige contrastant, elle affiche actuellement au compteur un total d'un peu plus de 80 000 kilomètres que l'on suppose d'origine.
Mécaniquement, la voiture a été entretenue par un atelier spécialisé de Milan lorsqu'elle fut aux mains du vendeur, bénéficiant d'une révision complète de la suspension arrière, des ancrages moteur, des amortisseurs, etc... pour un coût d'environ 13 000 € en 2017.

Vendu uniquement en raison de l'âge avancé de son propriétaire, la voiture est accompagnée de ses papiers d'immatriculation italienne, du livret du propriétaire (désormais correctement relié), de sa carte de garantie originale, de son carnet d'entretien, du livret Ferrari listant les agents Ferrari pour la vente et l'entretien, de son certificat ASI, de son passeport FIVA de 2004 (désormais périmé) et de diverses factures d'entretien et des travaux mentionnés ci-dessus.

Présentée dans une couleur plus rafraîchissante que le rouge bien trop commun, il s'agit là d'une séduisante occasion pour le passionné de Ferrari.