Espitalier-Morbidelli Hydroplane

Summary

  • Lot number 
    107
  • Condition 
    Used
  • Location
  • Exterior colour 
    Other

Description

Circa 1950s Espitalier-Morbidelli Racing Hydroplane

This racing hydroplane has a plywood hull and is powered by a prototype two-stroke outboard motor built by Morbidelli. All of Morbidelli's Grand Prix motorcycles were powered by two-stroke engines, and this prototype engine is a water-cooled twin-cylinder unit equipped with twin carburettors and a magnificent expansion chamber exhaust system.

The Morbidelli factory had been founded in Pesaro, Italy by Giancarlo Morbidelli in the aftermath of WW2. Morbidelli's business was woodworking machinery, which provided him with the means to finance his passion for motorcycle racing. Morbidelli made his first foray into Grand Prix racing in 1969, and the company remained active in GPs until the 1980s, winning the 125cc World Championship four times and the 250cc category once.

"He was a motorcycle genius," said Morbidelli's son Gianni, a former Formula One racing driver, when his father died in 2020. "He did everything on his own, working in a very small workshop." Giancarlo Morbidelli also built up a world class collection of motorcycles over a period of some 40 years, restoring many of the exhibits himself.

"His restorations were exceptional," said Gianni. "This is very clear when looking at the collection."

The history of this hydroplane begins with that of the Hors-Bord Club Toulousain (Outboard Club of Toulouse), which was active during the 1950s and 1960s. The HBCT had a stable of C-class drivers:

Louis Sirvent (1956-1963, driver number '34')
Roger Alderotti (1960-1964, driver number '27')
René Born (1970s, driver number '74' (see photograph '1971 07 04 European HB Championships - Official Drivers List')
André Loupiac (driver and expert mechanic)
Espitalier (1954-1964, driver and manufacturer of hulls, including that of this hydroplane)

Pierre Durand, a former driver still passionate about this kind of boat - "the most spectacular in my eyes" - helped in researching the history of this superb hydroplane. Pierre competed in the 1980s in the 500cc class; he made his own hulls and won several French championship titles. Before then his father had competed for around 15 years in an AV hull, then in a 500cc hydroplane with the HBCT during the period 1960-1965. According to Pierre, 1974 was the last year of the Toulouse race. That year, this hydroplane (number '74') was driven by René Born of Toulouse. As seen in the photograph '1974 05 Race à Boé (Agen) - 1', the driver's side cushions are identical to those on this hydroplane's hull, and the HBCT sticker is on the deck; even the bubble is the same!

The photograph '1974 05 Race à Boé (Agen) - 3 – Detail' shows this hydroplane, while '1974 05 Race à Boé (Agen) - 4 – Durand' shows it and that of Pierre Durand's father, before the race. Also taken before the race, the black-and-white photograph '1974 05 Race à Boé (Agen) - 4 – Tests' shows René Born adjusting the motor. Pierre Durand also recalled that on the Saturday of the Boé race, René Born had broken a piston in his König engine. In 1990, after the death of his friend André Loupiac (in a gyrocopter accident), his wife Paulette had brought Pierre into her husband's workshop, and there was René Born's complete König engine on a shelf with two new pistons (ordered from Dieter König, she told him), still waiting to be reassembled. Therefore, it would seem that this engine had not been repaired since 1974 and it can be inferred that the hull was sold alone without an engine.

It is believed that, after 1990, this Espitalier hull was equipped with a 350cc engine for the OB class, and that it ran in Italy under the number '35'. It was during this period that Giancarlo Morbidelli bought the hydroplane for a special project: to serve as a test-bed for his prototype outboard motor based on the König design. Indeed, the entire crankcase assembly is König, while the carburettors are Bing, as favoured by the Swedish manufacturer.

The current vendor purchased the hydroplane when it was offered for sale by the Morbidelli Museum at Bonhams' Goodwood Members' Meeting auction March 2020 (Lot 101), since when it has been painstakingly restored (a video of the engine working is available upon request). High-performance hydroplanes such as this are very popular on the lakes of northern Italy, where they are used for races and demonstrations, and this example, with its prototype Morbidelli engine, is sure to attract admiring attention.

Espitalier-Morbidelli, hydroplane de compétition autour de 1950

•Autrefois dans la collection du musée Giancarlo Morbidelli
•Engagé en course par le Hors-Bord Club Toulousain à l'époque
•Moteur hors bord prototype Morbidelli (sur base König)
•Restauré récemment

Cet hydroplane de compétition a une coque en contreplaqué et est doté d'un prototype de moteur hors bord deux temps construit par Morbidelli. Toutes les motocyclettes de Grand Prix de Morbidelli étaient animées par des moteurs deux temps et ce prototype de moteur à deux cylindres en ligne refroidi par eau est équipé de deux carburateurs et d'un magnifique système d'échappement à chambre d'expansion.

L'usine Morbidelli a été fondée à Pesaro, en Italie, par Giancarlo Morbidelli après la deuxième guerre. L'affaire de Morbidelli construisait des machines à bois et lui donnait les moyens de financer sa passion pour la compétition moto. Morbidelli fit sa première incursion en Grand Prix en 1969 et sa société resta active en compétition jusqu'aux années 1980, remportant le championnat du monde en 125 cm3 à quatre reprises et une seule fois en 250 cm3.

« C'était un génie en motocyclette » déclarait le fils de Morbidelli, Gianni, un ancien pilote de Formule 1, lorsque son père mourut en 2020. « Il faisait tout lui-même, dans son petit atelier ». Pendant près de 40 années, Giancarlo Morbidelli avait également réuni une collection de motos de réputation mondiale, restaurant la plupart des pièces lui-même.

« Ses restaurations étaient exceptionnelles » affirme Gianni. « On le voit tout de suite lorsqu'on découvre la collection ».
L'histoire de cet hydroplane commence avec celle du Hors-Bord Club Toulousain, actif au cours des années 1950 et 1960. Le HBCT avait une écurie de pilotes en classe C :
Louis Sirvent (1956-1963, pilote numéro 34)
Roger Alderotti (1960-1964, pilote numéro 27)
René Born (années 1970, pilote numéro 74 - voir photographie du championnat européen de hors-bord du 7 avril 1971 et la liste officielle des pilotes).
André Loupiac (pilote et expert mécanicien)
Espitalier (1954-1964, pilote et constructeur de coques, dont celle de cet hydroplane)

Pierre Durand, ancien pilote et toujours passionné par ce type de bateau – « le plus spectaculaire à mes yeux » - a participé aux recherches historiques de ce superbe hydroplane. Pierre a piloté en classe 500 cm3 dans les années 1980, il a construit ses propres coques et remporté plusieurs titres de champion de France. Avant cela, son père avait couru pendant près de 15 années sur coque AV puis sur un hydroplane 500 cm3 avec le HBCT au cours de la période 1960-1965. Selon Pierre, 1974 fut la dernière année des courses à Toulouse. Cette année-là, cet hydroplane (numéro 74) était piloté par René Born de Toulouse. Comme on peut le constater sur la photographie « 1974 05 Race à Boé (Agen) – 1 », les coussins latéraux du pilote sont identiques à ceux de cet hydroplane et on peut voir l'autocollant du HBCT sur le pont et sa bulle elle-même est identique !

La photographie « 1974 05 Race à Boé (Agen) - 3 – Detail » montre notre hydroplane, alors que la photo « 1974 05 Race à Boé (Agen) - 4 – Durand » le montre aux côtés de celui du père de Pierre Durand, avant la course. Également prise avant la course, la photographie noir et blanc « 1974 05 Race à Boé (Agen) - 4 – Tests » montre René Born en train de régler le moteur. Pierre Durand se rappelle que le samedi de la course de Boé, René Born avait cassé un piston de son moteur König. En 1990, après la mort de son ami André Loupiac (dans un accident d'autogyre), son épouse Paulette avait emmené Pierre dans l'atelier de son mari où se trouvait le moteur complet de René Born sur une étagère avec de nouveaux pistons (commandés chez Dieter König, lui avait-elle dit), attendant d'être remontés. Il semble donc que le moteur n'avait pas été réparé depuis 1974 et que la coque avait été vendue séparément, sans moteur.

On pense qu'après 1990, cette coque Espitalier était équipée d'un moteur 350 cm3 pour la classe OB et qu'elle a couru en Italie sous le numéro 35. C'est à cette époque que Giancarlo Morbidelli a acheté l'hydroplane pour un projet particulier, servir de prototype pour son moteur hors-bord basé sur un dessin de König. En fait tout l'ensemble vilebrequin provient de chez König et les carburateurs sont des Bing, les préférés du constructeur Suédois.

Le vendeur a acheté l'hydroplane lorsqu'il fut proposé par le musée Morbidelli à la vente Bonhams des « Goodwood Members » en mars 2020 (lot 101), date depuis laquelle il a été minutieusement restauré (une vidéo du moteur tournant est disponible sur demande). Les hydroplanes à haute performance, comme celui-ci, sont très populaires sur les lacs du nord de l'Italie où ils sont utilisés pour les courses et les manifestations et cet exemplaire avec son moteur prototype Morbidelli ne manquera pas d'attirer tous les regards.