1952 Delahaye 235

Summary

  • Year of manufacture 
    1952
  • Chassis number 
    818022
  • Lot number 
    263
  • Drive 
    LHD
  • Condition 
    Used
  • Number of seats 
    2
  • Location
  • Exterior colour 
    Other
  • Drivetrain 
    2wd
  • Fuel type 
    Petrol

Description

The 1952 Paris Motor Show
1952 Delahaye 235 Cabriolet
Coachwork by Antem
Chassis no. 818022

In 1935 Delahaye introduced the first of a new generation that would change the Parisian marque's image forever: the T135 Coupe Des Alpes. A fine sporting car, the T135 was powered by a 3.2-litre, six-cylinder, overhead-valve engine producing 110bhp on triple Solex carburettors, while the chassis featured transverse-leaf independent front suspension, four-speed synchromesh or Cotal gearboxes, centre-lock wire wheels and Bendix brakes.

Delahaye improved on the formula the following year with the 3½-litre, 120/130bhp T135MS, and the sports version was soon making a name for itself in competitions, winning the Le Mans 24-Hour Race outright in 1937 and 1938. Without doubt, the Type 135 established Delahaye's image of stylish high performance, while the firm's products remained as well engineered as ever.

The model reappeared post-WW2 with the 3½litre engine and lasted in production until 1951 when it was superseded by the upgraded Type 235. The latter featured a more powerful engine than its predecessor, producing a maximum of 152bhp courtesy of a redesigned cylinder head and triple carburettors, which was good enough for a top speed of 182km/h (113mph) depending on the type of body.

The gifted French designer Philippe Charbonneaux carried out the preliminary study for the Type 235's new body, the prototype of which was built under his supervision by Carrozzeria Motto in Turin on the first chassis, number '818000'. First seen at the 1951 Paris Motor Show, the 235 was produced in limited numbers, its high price and stiff competition from foreign manufacturers restricting sales of this final Delahaye model to a mere 85 cars.

Delahaye had no in-house coachworks, so all its chassis were bodied by inde¬pendents, making every car unique. The 135 and 235 attracted the attention of France's finest coachbuilders, and many of their works on these chassis are among the most striking examples of automotive art of the period. It was a most fortuitous partnership, resulting in memorable automotive sculpture from the likes of Saoutchik, Chapron, Franay, Graber, Pennock, Figoni et Falaschi, Antem, and Letourneur et Marchand. Of these, Letourneur et Marchand and Antem would stay closest to Charbonneaux's original concept for the 235. Based at Courbevoie, Antem bodied 14 cars: 13 closed models and a solitary cabriolet on chassis number '818022', the car offered here.

Right-hand drive, like many quality French cars of the periods, this unique Delahaye 235 Cabriolet was displayed alongside a closed model on Carrosserie Antem's stand at the 1952 Paris Motor Show, held at the Grand Palais in October. Finished in white with a blue leather interior, the car received the Paris registration '6772 BN 75', and after the show was sold to its first owner, Ulmer et Cie of Paris, an aviation technology company that still exists.

On 21st March 1957, still with the same registration, the Delahaye was sold to another owner in Paris, Victor Francen, a Belgian actor born Victor Franssen. Still with the same Paris registration, the car changed hands again on 21st June 1963, passing to another Paris resident, Lucienne Sergent, a lawyer and former member of the French Resistance.

Eventually, this unique cabriolet was acquired by Philippe Charbonneaux, who displayed it in his motor museum at Reims alongside two other (closed) 235s: the Motto-bodied prototype and another by Letourneur et Marchand (chassis number '818002'). Still complete and well preserved at that time, '818022' had been refinished in light green while the original blue leather interior was in poor condition. The original whitewall tyres of 1952 were still fitted, albeit to wire wheels that were now painted rather than chromed as they had been originally.

On 23rd October 1985, the Delahaye was registered in Charbonneaux's son's name before joining his daughter's collection in 2012, the last year it was registered in France (as 'CN 737 XF'). The car then underwent a complete no-expense-spared professional restoration, returning it to its former glory. Works carried out included stripping the body back to bare metal, repainting it in its original livery, and completely reupholstering the interior to original specification in navy blue leather with matching carpets and matching alpaca hood. All the dashboard instruments were meticulously restored, as was the magnificent steering wheel, which can been seen in photographs taken at the 1952 Paris Motor Show. All the mechanical components were thoroughly overhauled: engine ('818022'), Cotal gearbox, rear axle, suspension, brakes, wiring loom, starter motor, dynamo, and water and oil radiators.

The current owner, a prominent UK-based private collector, purchased the Delahaye from Philippe Charbonneaux's daughter circa November 2018, since when it has been registered in the UK as 'LXS 404'. Accompanying documentation consists of a photographic record of the restoration; a file of receipts for restoration work (many from Ateliers Yann Carrat Automobiles dated 2013/2014); and a Delahaye Club certificate from its President Jean Paul Tissot confirming year and model. The owner reports that the car runs well, accelerates strongly and is a pleasure to drive, having been driven from Paris to the UK last year.

Presented in beautiful condition, this supremely elegant Delahaye 235 represents a wonderful opportunity to own a unique example of the final Grande Routière to emerge from the celebrated Delahaye factory on rue du Banquier.

Voiture du salon de Paris au Grand Palais en 1952
Delahaye 235 cabriolet 1952
Carrosserie Antem
Châssis n° 818022

•Carrosserie unique
•Moteur à numéro concordant
•Autrefois propriété du designer Philippe Charbonneaux, puis de sa famille
•Restauration professionnelle réalisée vers 2018
•Immatriculée au Royaume-Uni

En 1935 Delahaye présenta le premier modèle d'une nouvelle génération qui allait changer à jamais l'image de la marque parisienne, la T135 Coupe des Alpes. Sportive raffinée, la T135 était propulsée par un moteur six cylindres à soupapes en tête de 3, 2 litres, développant 110 ch, grâce à trois carburateurs Solex, tandis que son châssis faisait appel à une suspension indépendante à l'avant par ressort à lames transversal, à une boîte synchronisée à quatre rapports ou une boîte Cotal, des roues fil à serrage central et des freins Bendix.

Delahaye améliora la formule l'année suivante avec la 3,5 litres de 120/130 ch T 135 MS et la version sport se tailla rapidement une réputation en compétition, remportant les 24 heures du Mans en 1937 et 1938. La 135 fut incontestablement à l'origine de l'image de haute performance stylé de Delahaye, les produits de la marque restant techniquement aussi sophistiqués que par le passé.

Le modèle refit surface après la guerre avec le moteur 3,5 litres de la 135 M et resta en production jusqu'en 1951, quand il fut remplacé par la 235. Cette dernière recevait un moteur plus puissant que celui de sa devancière, développant un maximum de 152 ch, grâce à une culasse redessinée et trois carburateurs, qui suffisaient pour assurer une vitesse de pointe de 182 km/h, selon le type de carrosserie.

Le talentueux designer français Philippe Charbonneaux dessina une étude préliminaire de la nouvelle carrosserie de la 235, dont le prototype fut construit sous sa supervision par la Carrozzeria Motto de Turin sur le premier châssis, numéro 818000. Dévoilée au salon de Paris 1951, la 235 fut construite en quantité limitée, son prix élevé et la rude concurrence des constructeurs étrangers réduisant la production de ce dernier modèle Delahaye à 85 unités seulement.

Delahaye n'avait pas d'atelier de carrosserie intégré et tous ses châssis étaient habillés par des carrossiers indépendants, faisant de chaque voiture un modèle unique. Les 135 et 235 attirèrent l'attention des carrossiers français les plus en vue et la plupart de leurs créations sur ces châssis font partie des exemples les plus remarquables de l'art automobile de l'époque. Il s'agissait de partenariats occasionnels donnant de mémorables sculptures automobiles avec des carrossiers comme Saoutchik, Chapron, Franay, Graber, Pennock, Figoni & Falaschi et Letourneur et Marchand. Parmi ceux-ci, Letourneur et Marchand et Antem allaient rester proche du dessin original de Charbonneaux pour la 235. Installé à Courbevoie, Antem habilla 14 voitures, 13 conduites intérieures et un unique cabriolet sur le châssis numéro 818022, la voiture proposée ici.

À conduite à droite, comme la plupart des voitures de luxe françaises de l'époque, ce cabriolet Delahaye 235 unique a été exposé à côté d'un modèle fermé sur le stand de la carrosserie Antem au salon de Paris 1952, qui se tint au Grand Palais en octobre. Blanc avec intérieur en cuir bleu, la voiture reçut l'immatriculation parisienne 6772 BN 75 et, après le salon, fut vendue à son premier propriétaire, Ulmer et Cie de Paris, une société de technologie aéronautique qui existe toujours.
Le 21 mars 1957, avec la même immatriculation, la Delahaye fut vendue à un autre propriétaire parisien, Victor Francen, un acteur belge, né Victor Franssen. Toujours avec la même immatriculation parisienne, la voiture changea à nouveau de mains le 21 juin 1963, passant à un autre résident parisien, Lucienne Sergent, une avocate, ancien membre de la Résistance.

Finalement, ce cabriolet unique fut acquis par Philippe Charbonneaux qui l'exposa dans son musée de Reims aux côtés de deux autres 235 (à carrosserie fermée), le prototype carrossé par Motto et un autre par Letourneur et Marchand (châssis numéro 818002). Complète et bien conservée à l'époque, 818022 avait été repeinte en vert clair, tandis que l'intérieur en cuir bleu était en mauvais état. Les pneus à flancs blancs d'origine de 1952 étaient encore en place, mais sur des roues fil qui étaient désormais peintes plutôt que chromées, contrairement aux roues originales.

Le 23 octobre 1985, la Delahaye fut immatriculée au nom du fils de Charbonneaux, avant de rejoindre la collection de sa fille en 2012, sa dernière année d'immatriculation en France (CN 737 XF). La voiture subit alors une restauration professionnelle complète sans regarder à la dépense retrouvant toute sa gloire passée. Les travaux effectués comprennent la mise à métal nu de la carrosserie, la peinture dans sa couleur originale et le garnissage complet de l'intérieur aux spécifications d'origine en cuir bleu marine avec moquette et capote en alpaga assortie. Tous les instruments du tableau de bord ont été méticuleusement restaurés, de même que le magnifique volant que l'on peut voir en photo, lors du salon de Paris 1952. Tous les composants mécaniques ont été entièrement révisés : le moteur (818022), la boîte Cotal, l'essieu arrière, la suspension, les freins, le faisceau électrique en coton vernissé, le démarreur, la dynamo et les radiateurs d'huile et d'eau.

L'actuel propriétaire, un éminent collectionneur privé du Royaume-Uni, a acheté la Delahaye à la fille de Philippe Charbonneaux vers novembre 2018, date à laquelle elle a été immatriculée au Royaume-Uni sous le numéro LXS 404. La documentation fournie comprend un reportage photographique de la restauration, un dossier de travaux de restauration (la plupart effectués par l'atelier Yann Carrat Automobiles, en date de 2013/2014) et un certificat du président du Club Delahaye, Jean-Paul Tissot, confirmant l'année et le modèle. Le propriétaire affirme que la voiture tourne bien, accélère fort et se conduit avec plaisir, ayant fait le voyage de Paris au Royaume-Uni l'année dernière.

Présentée en bel état, cette Delahaye 235 extrêmement élégante représente une magnifique opportunité de posséder un exemplaire unique de la dernière grande routière construite par la fameuse usine Delahaye de la rue du Banquier.