1973 De Tomaso Pantera

Summary

  • Year of manufacture 
    1973
  • Chassis number 
    4957
  • Lot number 
    174
  • Condition 
    Used
  • Location
  • Exterior colour 
    Other

Description

1973 De Tomaso Pantera GTS Coupé
Coachwork by Carrozzeria Ghia/Vignale
Chassis no. 4957

Having established himself as a serious automobile manufacturer with the Mangusta coupé, Alejandro De Tomaso commissioned Lamborghini designer Gianpaolo Dallara to produce the chassis for his new mid-engined supercar: the Pantera. Dallara opted for unitary construction for the steel chassis/body - abandoning the Mangusta's backbone frame - and adopted competition-specification double wishbone/coil-spring suspension all round. The Ford Motor Company was De Tomaso's partner at the time of the Pantera's introduction in 1971 and thus the Pantera, like the Mangusta, relied on Ford V8 power. Mated to a ZF all-synchro five-speed transaxle, the 351ci (5.8-litre) Cleveland engine varied in output depending on the destination market, and in European trim came with 330bhp on tap, enabling the Pantera to complete the 0-60mph (0-96km/h) sprint in a little over 5 seconds and touch 160mph (257km/h) flat out.

Styled by Tom Tjaarda at Carrozzeria Ghia, the stunning coupé body was in fact built by Carrozzeria Vignale, both companies being part of De Tomaso's empire in the early 1970s. De Tomaso's longstanding relationship with the Ford Motor Company led to an arrangement whereby the Pantera was distributed through select Lincoln-Mercury dealerships in the USA, where a lower compression, 248bhp Cleveland motor (meeting stricter emissions regulations) was introduced in 1972 on the Pantera 'L'. In 1973 the esteemed American motoring journal Road & Track named the Pantera its 'Sports Car of the Year'.

The 1974 energy crisis led to a parting of the ways between Ford and De Tomaso, who continued to sell the Pantera in Europe. At around the same time Ford ceased production of the 351ci Cleveland V8, which led to De Tomaso sourcing their engines from Ford Australia who continued to make that engine until 1982. The Australian-made engines were available in a range of power outputs up to around 355bhp.

Exceptionally long-lived for a supercar, the Pantera was still around in the 1990s having undergone a series of upgrades. The first of these had appeared on the 'L' model of 1972, which featured 'impact resistant' bumpers and improved cooling and air conditioning systems. Flared wheelarches distinguished the GTS model of 1974, which in European trim came with a 355bhp engine, larger wheels/tyres, and other performance enhancements.

Finished in metallic grey with black leather interior, this rare Pantera GTS was acquired by the vendor in March 2020. The car is sold with its French Carte Grise and Contrôle Technique valid until February 2022, and is presented in generally very good condition, driving well.

De Tomaso Pantera GTS coupé 1973
Carrosserie Ghia/Vignale
Châssis n° 4957

•Grand Tourisme italo-américaine emblématique
•Rare et séduisante version GTS
•Aux mains de l'actuel propriétaire depuis 2020
•Immatriculée en France

Une fois bien établi comme constructeur automobile sérieux avec la Mangusta, Alejandro De Tomaso demanda au concepteur de Lamborghini Gianpaolo Dallara de lui concevoir un châssis pour sa nouvelle supercar à moteur central, la Pantera. Dallara opta pour une construction monocoque pour la carrosserie/châssis en acier – abandonnant le châssis-poutre de la Mangusta - et adopta des spécifications issues de la compétition - suspension à double triangulation et amortisseurs aux quatre roues. La Ford Motor Company était le partenaire de De Tomaso à l'époque de la présentation de la Pantera en 1971 et donc la Pantera, comme la Mangusta, faisait appel à un V8 Ford. Associé à une boîte ZF à cinq rapports entièrement synchronisés, le moteur Cleveland 351ci (5,8 litres) variait en fonction des marchés et dans sa configuration européenne donnait 330 ch, permettant à la Pantera de réaliser le 0 à 60 mph (0 à 96 km/h) en un peu plus de 5 secondes et de frôler les 257 km/h.

Dessinée par Tom Tjaarda à la carrozzeria Ghia, l'étonnante carrosserie du coupé était en fait construite par la carrozzeria Vignale, les deux sociétés appartenant à l'empire De Tomaso au début des années 1970. La longue coopération de De Tomaso avec la Ford Motor Company déboucha sur un arrangement selon lequel la Pantera serait distribuée par le très sélect réseau de concessionnaires Lincoln-Mercury aux États-Unis, marché sur lequel le moteur Cleveland de 248 ch à taux de compression moindre (pour répondre aux très stricts régulations sur les émissions) fut présenté en 1972 sur la Pantera L. En 1973, le très réputé magazine automobile américain Road & Track désigna la Pantera comme sa « Sports Car of the Year ».

La crise énergétique de 1974 mena à la séparation entre Ford et De Tomaso, qui continua à vendre sa Pantera en Europe. À peu près à la même époque, Ford mit fin à la production du V8 Cleveland 351ci, ce qui força De Tomaso à importer ses moteurs de chez Ford Australie qui continua de produire ce moteur jusqu'en 1982. Les moteurs Australiens étaient disponibles dans toute une gamme de puissances jusqu'à 355 ch.

D'une durée de vie exceptionnellement longue pour une supercar, la Pantera était toujours commercialisée dans les années 1990, ayant subi de nombreuses modifications. La première était apparue sur le modèle L de 1972 qui recevait des pare-chocs à absorption, un système de refroidissement amélioré et l'air conditionné. Des ailes gonflées distinguaient la GTS de 1974, qui, en version européenne développait 355 ch, avec des roues et des pneus plus larges et autres éléments destinés à améliorer ses performances.

Grise métallisé avec intérieur cuir noir, cette Pantera GTS a été acquise par le vendeur en mars 2020. La voiture est vendue avec sa carte grise et son contrôle technique valable jusqu'en février 2022, et se présente en très bon état général et en parfait état de fonctionnement, ayant été fiabilisé au niveau du refroidissement (défaut reconnu sur ce modèle).