2007 Bugatti Veyron

Summary

  • Year of manufacture 
    2007
  • Chassis number 
    VF9CA15B26M795037
  • Lot number 
    258
  • Condition 
    Used
  • Location
  • Exterior colour 
    Other

Description

2007 Bugatti Veyron EB 16.4 Coupé
Chassis no. VF9CA15B26M795037

"The Bugatti Veyron has recalibrated that which can be achieved by the motor car." – Autocar.
To say that the Bugatti Veyron caused a sensation when it arrived in 2005 would be a gross understatement; for here was a car that didn't just rewrite the supercar rule book so much as tear it up and start afresh. All the more remarkable was the fact that the Veyron was the dream of one man: Ferdinand Piech, CEO of the Volkswagen Group, which had acquired the Bugatti brand in 1998. Piech's ambition was to create a car that had 1,000 horsepower at its disposal, could exceed 400km/h (250mph), and cost €1 million. Turning Piech's dream into a reality would prove to be an immensely difficult undertaking, even for a company with Volkswagen's technological resources, and the result would not see the light of day for another seven years.

Designed by ItalDesign boss Giorgetto Giugiaro, the first concept car – the EB118 – was displayed at the Paris Auto Show in 1998, featuring permanent four-wheel drive and a Volkswagen-designed W18 engine. A handful of variations on the theme were displayed at international motor shows over the course of the next few years before the concept finally crystallised in 2000 in the form of the Veyron EB 16.4. The latter was styled in house at VW by Hartmut Warkuß and featured an engine with 16 cylinders and four turbochargers – hence the '16.4' designation. It was named after Bugatti development engineer and racing driver, Pierre Veyron, who together with co-driver Jean-Pierre Wimille, had won the 1939 Le Mans 24-Hour race for the French manufacturer. But this was far from the end of the development process, and it would take another five years and an extensive shake-up of the project's management and engineering teams before production could begin, by which time an incredible 95% of components had been either changed or redesigned.

Effectively two narrow-angle 4.0-litre V8 engines sharing a common crankcase, the 8.0-litre W16 - just - met Piech's requirements, producing a maximum output of 1,001PS (987bhp) and 922ft/lb of torque, figures that would embarrass a current Formula 1 car. With a kerb weight of 1,888kg (4,162lb) the Veyron had a staggering power-to-eight ratio of 523bhp per ton. Tasked with transmitting this formidable force to the ground was a permanent four-wheel-drive, dual-clutch transmission system incorporating a seven-speed paddle-shift semi-automatic gearbox, the latter built by the British company, Ricardo, while to accommodate the Veyron's phenomenal top speed Michelin designed special run-flat PAX tyres. Piech had specified a maximum velocity of 250mph and the Veyron did not disappoint, with more than one tester – Top Gear's James May included - exceeding the target by a few miles per hour. At €1,225,000 (£1,065,000) the Veyron base price as also exceeded Piech's target comfortably.

To maintain stability at such high speeds, the Veyron has a few aerodynamic tricks up its sleeve, a hydraulic system lowering the car at around 140mph, at which speed the rear wing deploys, increasing downforce. But if the Veyron driver wishes to exceed 213mph (343km/h), he or she needs to select Top Speed Mode (from rest) before joining what is a very exclusive club indeed.
Jeremy Clarkson, reviewing the Veyron for The Times: "In a drag race you could let the McLaren (F1) get to 120mph before setting off in the Veyron. And you'd still get to 200mph first. The Bugatti is way, way faster than anything else the roads have seen." Yet despite its breathtaking performance, the Veyron contrived to be surprisingly docile at 'sensible' speeds. "Bugatti says the Veyron is as easy to drive as a Bentley, and they're not exaggerating," declared Autocar. "Immediately you notice how smoothly weighted the steering is, and how calm the ride is."

In a market sector many of whose protagonists can only be described a 'hard core', the Veyron contrived to be a remarkably civilised conveyance. "When you climb aboard the Bugatti Veyron there are no particular physical contortions required of you by the world's fastest car, as there are in so many so-called supercars," observed Autocar describing "the most exquisite car cabin on earth". The latter was found to be more than generously spacious for a two-seat mid-engined car, while in terms of interior equipment there was virtually no limit to what the, necessarily wealthy, Veyron customer could specify. Restricted rearward visibility is a frequent bugbear of mid-engined supercars, a problem the Veyron dealt with by means of a reversing camera. Various limited edition versions followed as production progressed. An engineering masterpiece that set a new benchmark of what a supercar should be, the Veyron ceased production in 2015, by which time Bugatti had built only 450 (all variants included) of these quite extraordinary cars.

One of the first Veyrons made, this particular car is finished in two-tone dark blue/light blue metallic with magnolia and azzurro leather interior. Built in 2006, it is one of 81 delivered during 2007, the strongest year in terms of Veyron sales, and later in its life was fitted with new Sport seats to match the dashboard. Its pubic appearances include the Bugatti Moscow presentation in October 2006; Millionaire Fair Moscow in October 2006; Los Angeles Auto Show in December 2006; and the Bugatti Centenaire in Molsheim in September 2009.

Supplied new to Switzerland early in 2007, '795037' is a two-owner example that has covered only 5,500 kilometres from new and comes with good service history, a PDA system, and a battery conditioner. Swiss taxes paid, the car was last serviced in June 2018 and had a technical inspection (lights, brakes, suspension, etc) in June 2019, both the service and inspection being carried out by Pichler GFG AG.

This is a stunning car that turns heads wherever it goes, on account of both its looks and sound; it can be driven everyday around the city yet is ready to tear up any racetrack it encounters.

Bugatti Veyron EB 16.4 coupé 2007
Châssis n° VF9CA15B26M795037

•Une des 252 construites
•Deux propriétaires seulement
•Livrée neuve en Suisse
•Environ 5 500 km d'origine

« La Bugatti Veyron a redéfini ce que peut accomplir une automobile. » – Autocar.
Dire que la Bugatti Veyron a fait sensation lorsqu'elle a été dévoilée en 2005 serait un euphémisme. Car voilà une voiture qui ne se contentait pas seulement de réécrire les règles des supercars, mais en déchirait les codes pour partir d'une feuille blanche. Le plus remarquable tenait à ce qu'elle était le rêve d'un homme, Ferdinand Piech, patron du groupe Volkswagen, qui avait racheté la marque Bugatti en 1998. L'ambition de Piech était de créer une voiture de 1 000 ch, qui dépasserait les 400 km/h et coûterait un million d'euros. Transformer le rêve de Piech en réalité allait s'avérer une tâche particulièrement difficile, même pour une société disposant des ressources technologiques de Volkswagen, et le résultat n'allait pas voir le jour avant sept années.
Dessinée par le patron d'ItalDesign, Giorgetto Giugiaro, le premier concept car – l'EB118, avec ses quatre roues motrices et son moteur W18 conçu par Volkswagen – fut exposé au salon de Paris en 1998. Une poignée de variations sur le thème furent exposées dans différents salons internationaux au cours des années suivantes, avant que le concept ne se fige définitivement en 2000 sous la forme de la Veyron EB 16.4. Celle-ci avait été dessinée en interne chez VW par Hartmut Warkuß et faisait appel à un moteur à 16 cylindres et quatre turbocompresseurs – d'où l'appellation de 16.4. Elle était baptisée du nom du pilote et metteur au point de Bugatti, Pierre Veyron, qui, avec son coéquipier Jean-Pierre Wimille, avait remporté les 24 Heures du Mans 1939 pour le constructeur français. Mais on était encore loin de la fin du processus de développement et il allait falloir attendre encore cinq années et une réorganisation complète de la direction du projet et de l'équipe d'ingénieurs, avant que la production ne démarre, avec 95% des composants changés ou redessiné.

En fait, le W16 8 litres, constitué de deux moteurs V8 de 4 litres au V fermé partageant un vilebrequin commun – répondait pile aux exigences de Piech avec une puissance maximale de 1 001 ch et un couple de 922 ft/lb, des chiffres qui auraient pu faire rougir une Formule 1 de l'époque. Avec un poids de 1 888 kg, la Veyron affichait un incroyable rapport puissance/poids de 523 ch par tonne. Chargé de transmettre cette formidable puissance au sol, une transmission semi-automatique à sept rapports à double embrayage permanente aux quatre roues, commandée par palettes, fournis par la société britannique, Ricardo, tandis que pour accompagner la vitesse de pointe phénoménale de la Veyron Michelin avait conçu des pneumatiques PAX run-flat spéciaux. Piech avait spécifié une vitesse maximale de 400 km/h et la Veyron ne déçut pas, plus d'un essayeur – y compris James May de Top Gear – dépassant le chiffre de quelques km/h. À 1 225 000 €, le prix de base de la Veyron dépassait lui aussi confortablement la cible fixée par Piech.

Pour maintenir la stabilité à de telles vitesses, la Veyron dispose de quelques astuces aérodynamiques dans sa manche, comme un système hydraulique qui permet d'abaisser la voiture au-delà de 225 km/h, vitesse à laquelle l'aileron arrière de déploie pour accroitre l'appui. Mais si le conducteur (-trice) de la Veyron souhaite dépasser les 343 km/h, il ou elle doit sélectionner le mode Top Speed (à l'arrêt) avant d'entrer dans ce club vraiment très fermé.

Jeremy Clarkson, dans son essai de la Veyron pour The Times : « Dans une course d'accélération, vous pourriez laisser filer la McLaren (F1) jusqu'à 190 km/h avant de lancer la Veyron. Et vous arriveriez encore à 320 km/h le premier. La Bugatti est bien plus rapide que tout ce que les routes ont connu jusqu'à ce jour. » Pourtant, en dépit de ses performances à couper le souffle, la Veyron se montre incroyablement docile aux vitesses « normales ». « Bugatti affirme que la Veyron est aussi facile à conduire qu'une Bentley et ils n'exagèrent pas », déclare Autocar. « Vous remarquez immédiatement comme la direction est douce et comme son comportement est calme ».

Dans un segment de marché où ses concurrentes ne peuvent être décrites que comme des sportives pures et dures, la Veyron s'avère un moyen de transport remarquablement civilisé. « Lorsque vous montez à bord de la Bugatti Veyron, la voiture la plus rapide du monde n'exige aucune contorsion physique particulière, contrairement à tant d'autres supercars, » fait remarquer Autocar, en parlant de « l'habitacle le plus exquis du monde ». Celui-ci se montre plus que généreux pour une voiture à deux places à moteur central, tandis que du côté des équipements intérieurs il n'y a pratiquement aucune limite à ce que le client, forcément riche, de la Veyron peut demander. La visibilité réduite vers l'arrière est généralement le point faible des supercars à moteur central, un problème que la Veyron a résolu grâce à une caméra de recul. Différentes éditions limitées ont vu le jour au fil de la production. Véritable chef-d'œuvre d'ingénierie qui a redéfini les critères de ce que devrait être une supercar, la Veyron a cessé d'être produite en 2015, lorsque Bugatti avait construit seulement 450 (toutes versions confondues) de ces automobiles tout à fait extraordinaires.

Une des premières Veyron, le modèle présenté ici arbore une livrée bicolore bleu clair métallisé/bleu foncé, avec intérieur en cuir magnolia et bleu azzurro. Construite en 2006, c'est l'un des 81 modèles livrés au cours de l'année 2007, la plus volumineuse en terme de vente pour la Veyron. Plus tard au cours de sa vie, elle a été équipée des nouveaux sièges Sport assortis au tableau de bord. Au nombre de ses apparitions en public on compte la présentation Bugatti à Moscou en octobre 2006, la foire des Milliardaires de Moscou en octobre 2006, le salon de Los Angeles en décembre 2006 et le centenaire Bugatti à Molsheim en septembre 2009.

Livrée neuve en Suisse début 2007, 795037 n'a connu que deux propriétaires, n'a parcouru que 5 500 kilomètres d'origine et a toujours connu un excellent entretien, et sera vendue avec un système PDA et un chargeur de batterie. Les taxes Suisses ont été acquittées, la voiture a été révisé en juin 2018 et a passé un contrôle technique (éclairage, freins, suspension, etc...) en juin 2019, tous deux effectués par Pichler GFG AG.

Une automobile éblouissante qui fait tourner les têtes partout où elle passe, tant pour son allure que pour son bruit. Elle peut être utilisée au quotidien en ville, mais elle peut tout aussi bien avaler tous les circuits qui se trouvent sur sa route.