1976 Porsche 911 "Turbo"

Widowmaker, 1st series - Fully restored

Summary

  • Year of manufacture 
    1/1976
  • Car type 
    Coupé
  • Chassis number 
    On request
  • Engine number 
    On request
  • Armoured
    Yes
  • Drive 
    LHD
  • Condition 
    Restored
  • Exterior brand colour 
    Oak Green
  • Interior brand colour 
    Light Green and Dark Green leather
  • Interior type 
    Leather
  • Number of seats 
    2
  • Location
  • Exterior colour 
    Other
  • Gearbox 
    Manual
  • Drivetrain 
    2wd
  • Fuel type 
    Petrol

Description

STRONG POINTS

- A true and rare 3.0L model developing 260 hp. of the vintage 76
- Catering high level, this 930 is in state contest
- An original "Oak Green" dress with a custom-made interior ordered at the factory by the first owner
- Matching numbers
- Matching colors
- Original sunroof!

THE PRESENTED MODEL

The presented copy is a Porsche 930 Turbo 3.0L "Oak Green" in competition state and strictly in accordance with the origin.
The interior livery is unique, it is a specific request that was made at the Porsche factory at the request of the customer.
The car is Matching numbers, it has its engine and its original gearbox.
In addition, it is a German origine sold new at the Porsche Winter dealership in 1976. The factory card tells us the concordance of all elements. Having been registered in January 1976 on the Porsche production lines, it is one of the first copies.
Originally, this 930 has received an optional Blaukpunkt car radio and a sunroof wich still equip the car! This is an exceptional opportunity, the 930 Turbo "Widowmaker" are extremely coveted. It has a configuration out of the ordinary and a degree of completion at the height of his pedigree.
This nickname is due to their dangerous reputation, due to the outbreak of the radical Turbo and sometimes late.
It is now the most desirable, both for its historical interest, its rarity with only 644 copies produced for Europe in 1976, against 530 for the United States.

MODEL HISTORY

In the early seventies, the 911 had become an extraordinary sports car taking the designation "911 Turbo" (or more exactly 930). It becomes, in 1974, an exceptional car. All of a sudden, the power had increased to 260 hp, the top speed to over 250 km / h, and the 0 to 100 took less than 6 seconds.
At the Paris Motor Show in September 1973, the star of the Porsche stand was, without a doubt, the 911 Turbo. She was really impressive with her spoiler and wide wheels. The model on display was not yet production but Porsche was soon to launch it because, to homologate the car in group 5, it was first necessary that it was in group 4. For this, four hundred copies were needed. In truth, the car of the Paris Salon was only a model incapable of rolling. Yet Porsche worked fast.
When, in 1974, it was presented at the Paris Salon, it was an extremely expensive model, luxuriously equipped and capable of senseless performances: no compromise had been imposed on it. The engine capacity was increased to 3 liters, especially to improve low-end revolutions, out of the turbo range. The engine was very close in its Carrera RS 2.7 architecture: it was, however, largely new and very solidly designed. With a single KKK compressor, a Bosch K-Jetronic injection system, an electronic ignition, it produced 260 hp. under a supercharging pressure of 0.8 bar.
The range of power was very wide and its arrival, as progressive as possible to facilitate the use of the car. The chassis had been deeply reworked to meet the available power. A new and strong solid gearbox was coupled to the engine, as well as a reinforced clutch. The geometry of the suspension had been adapted to the wide wheels used and the semi-drawn rear arms, substantially reinforced. The brakes, like those of the Carrera RS (ventilated), were just enough to their task because the fastest 911 was also the heaviest. As for its appearance, the 911 Turbo was distinguished by huge wheel arches and an impressive rear wing. His success proved inevitable. The actual production began in 1975 and, according to the Porsche tradition, was no longer to stop. Porsche had no difficulty in selling the four hundred cars required for homologation of the model, even though its vocation as a luxury car was matched by a price ... to its measure!
The 911 Turbo was crowned by all those who had the chance to try the best 911 ever built. The original version was only the starting point of a long evolution.

Glorious origins

Porsche investigated the overfeeding of its racing cars, mainly in view of the Can-Am Formula in which the impressive 917 took refuge, after the rules of the championship of sports cars had been changed in Europe. By supercharging the opposed twelve-cylinder horizontal engines of 5.4l. The engine of the 911 Turbo was a textbook case, the typical example of race technique applied to the series, a process that Porsche mastered better than anyone else. On the other hand, a turbo operates at extremely high temperatures (especially on gasoline engines), which implies the use of special materials for the turbine; the very high speed (more than 100,000 rpm) requires very sophisticated bearings and lubrication. Because the Turbo has an inertia (specific to any moving mass), the engine sometimes suffers from a delay of response when the accelerator is requested but, to its credit, it is necessary to carry the formidable increase of power which it authorizes .Porsche managed to draw the power, never seen at the time, 1000 hp, power that allowed Porsche to dominate the Formula Can-Am.

*************************************************

FURTHER INFORMATIONS
- Photo file available on request

- Searchable History

- Visible by appointment only, with a lift

- Possibility of delivery and export around the world

STRADERIAL MOTORCARS PARIS
75016 Paris

Paul Boucher

Tel: +33 6.86.17.07.51

Mail: [email protected]

*************************************************************************************
***** DISCOVER THE COMPLETE ARTICLE ON STRADERIAL.COM *****
*************************************************************************************

POINTS FORTS

- Un véritable et rare exemplaire 3.0L développant 260 ch. du millésime 76
- Restauration complète, cette 930 est en état concours
- Une robe « Oak Green » d’origine avec un intérieur sur-mesure commandé à l’usine par le premier propriétaire
- Matching numbers
- Matching colors
- Toit ouvrant d’origine !

L’exemplaire

L’exemplaire présenté est une Porsche 930 Turbo 3.0L « Oak Green » en état concours et strictement conforme à l’origine.
La livrée intérieure est unique, il s’agit d’une demande spécifique qui a été réalisée à l’usine Porsche à la demande du client.
L’auto est Matching numbers, elle possède son moteur et sa boîte de vitesse d’origine.
De plus, il s’agit d’un exemplaire allemand vendu chez le concessionaire Porsche Winter en 1976. La fiche usine nous indique la concordance de tous les éléments. Ayant été enregistrée en janvier 1976 sur les chaînes de production Porsche, il s’agit d’un des premiers exemplaires du millésime.
D’origine, cette 930 a reçue en option un autoradio Blaukpunkt, ainsi qu’un toit ouvrant ! Il s’agit d’une opportunité exceptionnelle, les 930 Turbo « Widowmaker », ou « Faiseuse de veuve » sont extrêmement convoitées.
Ce surnom tient de leur réputation dangereuse, en raison du déclenchement du Turbo radical et parfois à retard.
Celle-ci possède une configuration hors du commun et un degrés de finition à la hauteur de son pédigrée.
C’est elle qui est aujourd’hui la plus désirable, tant pour son intérêt historique, sa rareté avec seulement 644 exemplaires produits pour l’Europe en 1976, contre 530 pour les États-Unis.

HISTOIRE GÉNÉRALE DE LA 930 TURBO

Au début des années soixante-dix, la 911 était devenue une extraordinaire voiture de sport prenant la désignation « 911 Turbo » (ou plus exactement 930). Elle devient, en 1974, une voiture d’exception. D’un seul coup, la puissance était passée à 260ch, la vitesse maximale à plus de 250 km/h, et le 0 à 100 quant à lui prenait moins de 6 secondes.
Au salon de Paris, en septembre 1973, la vedette du stand Porsche était, sans aucun doute, la 911 Turbo. Elle était réellement impressionnante avec son aileron et ses roues larges. Le modèle exposé n’était pas encore celui de production mais Porsche n’allait pas tarder à le lancer car, pour homologuer la voiture en groupe 5, il fallait d’abord qu’elle le fût en groupe 4. Pour cela, quatre cents exemplaires étaient nécessaires. Au vrai, la voiture du salon de Paris n’était qu’une maquette incapable de rouler. Pourtant, Porsche travaillait vite.
Lorsqu’en 1974, elle fut présentée au salon de Paris, il s’agissait d’un modèle extrêmement coûteux, luxueusement équipé et capable de performances insensées : aucun compromis ne lui avait été imposé. La cylindrée avait été portée à 3 litres, surtout pour améliorer les reprises à bas régime, hors de la plage d’utilisation du turbo. Le moteur était très proche dans son architecture du Carrera RS 2,7 : il était pourtant en grande partie nouveau et très solidement conçu. Avec un seul compresseur KKK, un système d’injection Bosch K-Jetronic, un allumage électronique, il produisait 260 ch. sous une pression de suralimentation de 0,8 bar.
La plage de puissance était très étendue et son arrivée, aussi progressive que possible afin de faciliter l’utilisation de la voiture. Le châssis avait été profondément remanié pour répondre à la puissance disponible. Une nouvelle et forte solide boîte de vitesses fut accouplée au moteur, ainsi qu’un embrayage renforcé. La géométrie de la suspension avait été adaptée aux roues larges utilisées et les bras semi-tirés arrière, substantiellement renforcés. Les freins, du type de ceux de la Carrera RS (ventilés), suffisaient tout juste à leur tâche car la plus rapide des 911 était aussi la plus lourde. Quant à son allure, la 911 Turbo se distinguait par des passages de roues énormes et par un impressionnant aileron arrière. Son succès s’avérait inévitable. La production proprement dite commença en 1975 et, conformément à la tradition Porsche, ne devait plus cesser. Porsche n’eut pas la moindre difficulté pour vendre les quatre cents voitures nécessaires à l’homologation du modèle, quant bien même sa vocation de voiture de luxe était assortie d’un prix… à sa mesure !

La 911 Turbo fut sacrée par tous ceux qui eurent la chance de l’essayer meilleure 911 jamais construite. La version originale n’était que le point de départ d’une longue évolution.

DES ORIGINES GLORIEUSES

Porsche mit à l’étude la suralimentation de ses voitures de course, principalement en vue de la Formule Can-Am dans laquelle s’étaient réfugiées les impressionnantes 917, après que les règles du championnat des voitures de sport avaient été changées en Europe. En suralimentant les moteurs horizontaux à douze cylindres opposés de 5.4l. Le moteur de la 911 Turbo était un cas d’école, l’exemple typique de la technique acquise en course appliquée à la série, procédé que Porsche maitrisait mieux que quiconque. En revanche un turbo fonctionne à des températures extrêmement élevées (particulièrement sur les moteurs à essence), ce qui implique l’emploi de matériaux spéciaux pour la turbine ; la très grande vitesse de rotation (plus de 100 000 trs/min) nécessite des roulements et une lubrification très élaborées. Parce que le Turbo possède une inertie (propre à toute masse en mouvement), le moteur souffre parfois d’un retard de réponse quand l’accélérateur est sollicité mais, à son crédit, il faut porter la formidable augmentation de puissance qu’il autorise.Porsche réussit à en tirer la puissance, jamais vue à l’époque, de 1000 ch., puissance qui permit à Porsche de dominer la Formule Can-Am.

*************************************************

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES
- Dossier photo disponible sur demande
- Historique consultable
- Visible sur rendez-vous uniquement
- Livraison et exportation possible

STRADERIAL MOTORCARS PARIS
75016 Paris
Paul Boucher
Tel : +33 6.86.17.07.51
Mail : [email protected]

*************************************************************************************
***** DÉCOUVREZ L'ARTICLE COMPLET SUR STRADERIAL.COM *****
*************************************************************************************