1959 Mercedes-Benz 300 SL

Summary

  • Year of manufacture 
    1959
  • Chassis number 
    198042100002388
  • Lot number 
    42
  • Drive 
    LHD
  • Condition 
    Used
  • Number of seats 
    2
  • Location
  • Exterior colour 
    Other
  • Drivetrain 
    2wd
  • Fuel type 
    Petrol

Description

1959 Mercedes-Benz 300 SL Roadster
Chassis no. 198042100002388

Created to spearhead Mercedes-Benz's return to competition in the post-war era, the 300 SL debuted in the 1952 Mille Miglia, finishing 2nd and 4th overall. Wins in the Carrera Pan-Americana and at Le Mans followed, and the 300 SL was on its way to becoming part of motor sporting legend. Max Hoffman, the Mercedes-Benz importer for North America, believed there would be a market for a road-going version and managed to convince the factory that such a car would be a success.

The first racers were open-topped but before the '52 season's end the distinctive 'Gullwing' doored Coupé had appeared. Unusually high sills were a feature of the multi-tubular spaceframe chassis, and while access was not a problem of the open car, the adoption of coupé bodywork required innovative thinking - hence the Gullwing doors.

Launched in 1954, the production 300 SL retained the spaceframe chassis of the racer and was powered by a 2,996cc, overhead-camshaft, inline six canted at 45 degrees to achieve a lower, more aerodynamic bonnet line. Using innovative direct fuel injection, this state-of-the-art power unit produced 215bhp at 5,800rpm. A four-speed gearbox transmitted power to the hypoid bevel rear axle. Suspension was independent all round by wishbones and coil springs at the front, with swing axles and coil springs at the rear.

Tested by the highly respected American magazine Road & Track in 1955, the 300 SL accelerated from 0-60mph in 7.4 seconds, going on to achieve a top speed of 140mph: outstanding figures for its day. It was, arguably, the world's first supercar. Half expecting the long-awaited 300 SL to provide an anti-climax, R&T were delighted to find the new car, "far beyond our wildest expectations. In fact, we can state unequivocally that in our opinion the 300 SL coupé is the ultimate in an all-round sportscar. It combines more desirable features in one streamlined package than we ever imagined or hoped would be possible. Performance? It accelerates from a dead start to 100mph in just over 17 seconds. Dual purpose? A production model 300 SL can make a very acceptable showing in any type of sportscar competition. Yet the car is extremely tractable and easy to drive in traffic. Comfort? The fully enclosed 300 SL is the most comfortable (and safe) high-speed 'cross-country' car built today." Its racing parentage notwithstanding, the 300 SL was and remains a thoroughly practical automobile, as civilised in city driving as it is exhilarating on the highway.

Clearly the 300 SL Coupé would be a hard act to follow yet the Roadster version, introduced just three years later, succeeded in bettering its closed cousin's already exemplary road manners. Built with conventional doors, the 300 SL Roadster was first exhibited at the Geneva Salon in May 1957 and was an immediate hit with the 1950s 'Jet Set' of royalty, actors, and socialites. The production of an open 300 SL involved altering the cockpit area, where the spaceframe was redesigned to permit lower sills for improved access. At the same time the rear suspension was changed to incorporate low-pivot swing axles. Disc brakes were standardised from March 1961, while towards the end of production a small batch of Roadsters was completed with an aluminium cylinder block.

The Roadster's neutral steering characteristics received fulsome praise from Road & Track in its 1958 road test. "With the low-pivot rear suspension and more adhesive tyres, the car handles beautifully under all conditions. This is a tremendous improvement over the hardtop models, which had a tendency to oversteer rather violently if pressed too hard." A 0-60mph time of 7.0 seconds and a top speed of 130mph were recorded, making the 300 SL Roadster one of the fastest convertibles of its time. R&T concluded: "There is no doubt that the 300 SL roadster is a truly great dual-purpose sports car, equally at home in traffic and the open road, or on the track", words that remain equally true today.

The 300 SL Roadster sold well for a car that cost more than a Ferrari 250 GT California Spyder and would out-live the 300 SL Coupé, which ceased production in 1957, by several years. Roadster production ceased in 1963 after 1,858 cars had been built, and today the model is both rare and highly sought after.

The current vendor purchased this 300 SL Roadster in 1988 at the Classic Mobil Fair, held at the Olympiahalle, Munich. Since then the car has required no work other than the removal of a dent in the right front wing. Its engine running smoothly, this example has a delightful overall patina of age and, unusually, still retains its original paintwork. Finished in beige with red leather interior, the car is offered with German Fahrzeugbrief and a copy of its factory data card.

A beautiful example of the iconic 300 SL in Roadster form, this is a highly desirable motor car that would make an exhilarating yet extremely practical touring companion. Indeed, there cannot be many better ways of travelling to a classic event, taking part and driving home.

VAT, Car Tax and Customs Duty at the standard rates will be payable on this Lot if the car remains in Switzerland.

Bonhams is the guarantor of the customs duties and taxes clearance: consequently, this motor car cannot be released to the buyer or his transporter immediately after the sale.

◊ Note: If you wish to bid on this Lot, special formalities are required. Contact Client Services at +44 20 7447 7447 / [email protected] in advance of the sale. Please also note Online Bidding is not available for this Lot.

Mercedes 300 SL roadster 1959
Châssis n° 198042100002388

•Une des 1 858 construites
•Numéros concordants
•Aux mains de l'actuel propriétaire depuis 1988
•Etat et intérieur d'origine
•Immatriculée en Allemagne

Créer pour accompagner le retour de Mercedes-Benz en compétition après-guerre, la 300 SL fit ses débuts aux Mille Miglia 1952, finissant aux 2e et 4e places au classement général. Des victoires à la Carrera Panamericana et aux 24 Heures du Mans suivirent et la 300 SL s'apprêtait à devenir une légende du sport automobile. Max Hoffman, l'importateur Mercedes-Benz en Amérique du nord, pensait qu'il y avait un marché pour une version routière et s'arrangea pour convaincre l'usine qu'un tel modèle pourrait avoir du succès. Les premiers modèles de compétition étaient ouverts, mais avant la fin de la saison 1952, un coupé « ailes de mouette » était apparu. Les seuils de porte particulièrement hauts avaient été imposés par la structure multitubulaire du châssis et, alors que l'accès à bord ne posait aucun problème sur une voiture ouverte, avec la version coupé, il avait fallu ménager un accès inattendu, sous la forme de ces portières en aile de mouette.

Dévoilée en août 1954, la 300 SL de série reprenait le châssis tubulaire et la légère carrosserie en alliage d'aluminium du modèle de compétition et était propulsée par un six cylindres de 2 996 cm3 à arbre à cames en tête, incliné à 45°, afin d'abaisser la ligne de capot, pour être plus aérodynamique. Faisant appel à une innovante injection d'essence directe, ce moteur dernier cri donnait 215 ch à 5 800 tr/min. Une boîte manuelle à quatre rapports tous synchronisés transmettait la puissance au pont arrière par engrenage hypoïde. La suspension était indépendante aux quatre roues, par triangles superposés et ressorts hélicoïdaux à l'avant et par demi-essieu oscillant et ressorts hélicoïdaux à l'arrière.

Une 300 SL de série (W198) fut essayée par le magazine Road & Track en 1955, accélérant de 0 à 100 km/h en 7,4 secondes, jusqu'à la vitesse maximale de 225 km/h. Des chiffres extraordinaires pour l'époque. C'était indéniablement la première supercar. Craignant une contre-performance de la 300 SL tant attendue, R&T était enchanté de trouver le nouveau modèle « ...au-delà de nos attentes les plus folles. En fait on peut affirmer sans équivoque qu'à notre avis, le coupé 300 SL est ce qui se fait de mieux en matière de sportive. Sous une carrosserie aérodynamique, elle propose les caractéristiques les plus enthousiasmantes que nous ayons jamais imaginées possibles de réunir. Ses performances ? Elle accélère de 0 à 160 km/h en à peine plus de 17 secondes. Sa polyvalence ? Une 300 SL de série peut se montrer parfaitement à sa place dans n'importe quelle épreuve sportive. Son confort ? Le coupé 300 SL est la voiture « transcontinentale » la plus confortable (et la plus sûre) fabriquée aujourd'hui ».

Ne souffrant pas de son ascendance sportive, la 300 SL est une voiture pratique, aussi civilisée dans la circulation urbaine qu'elle peut être enthousiasmante sur autoroute. Il allait être difficile de succéder au coupé 300 SL, pourtant, la version roadster, dévoilée trois ans plus tard, réussit à améliorer le comportement routier déjà exemplaire de sa cousine. Le roadster à portières conventionnelles fit se débuts au Salon de Genève en mai 1957 et fut un succès immédiat auprès de la Jet Set des années 1950, les têtes couronnées, les acteurs et les célébrités. La production d'une 300 SL décapotable impliquait la modification de l'habitacle et le châssis fut redessiné pour abaisser le seuil et faciliter l'accès à bord. Simultanément la suspension arrière fut changée pour adopter un essieu oscillant plus bas. Les freins à disque furent montés en série à partir de mars 1961, tandis que vers la fin de production une poignée de roadsters reçut un bloc cylindre en aluminium.

La direction neutre caractéristique du roadster reçut les louanges de Road & Track dans son essai de 1958. « Avec l'articulation basse de la suspension arrière et des pneus plus adhérents, la voiture se comporte magnifiquement en toutes circonstances. C'est une amélioration par rapport au coupé qui avait tendance à un survirage assez violent lorsqu'il était poussé. » Un 0 à 100 km/h en 7 secondes et une vitesse de pointe de 210 km/h furent enregistrés faisant du roadster 300 SL l'un des cabriolets les plus rapides de tous les temps. » Et R&T concluait : « Il ne fait aucun doute que le roadster 300 SL est une sportive vraiment polyvalente, aussi à l'aise dans la circulation sur route ouverte que sur circuit », des mots qui gardent toute leur valeur encore aujourd'hui.

Le roadster 300 SL qui coûtait plus cher qu'une Ferrari 250 GT California Spyder se vendit bien et allait survivre plusieurs années au coupé 300 SL dont la production cessa en 1957. La production du roadster cessa, elle, en 1963, après que 1 858 unités en aient été construites et aujourd'hui ce modèle est rare et très recherché.

Le vendeur a acheté ce roadster 300 SL en 1988 à la Classic Mobil Fair, à l'Olympiahalle, à Munich. Depuis, la voiture n'a requis d'autre soin que la reprise d'une égratignure à l'aile avant droite. Son moteur tourne avec douceur, cet exemplaire affiche une délicieuse patine et de façon inattendue arbore encore sa peinture d'origine. Beige avec intérieur en cuir rouge, la voiture est vendue avec son Fahrzeugbrief et une copie de sa fiche de construction.

Magnifique exemplaire de l'emblématique 300 SL en version roadster, cette très séduisante voiture fera une monture enthousiasmante et extrêmement pratique. De fait, il n'y a pas de meilleur moyen pour se rendre à une manifestation historique et rentrer à la maison, après y avoir participé.

La TVA, la taxe sur les véhicules ainsi que les droits de douanes aux taux courants seront payables sur ce lot si le véhicule reste en Suisse.

Bonhams restant le garant des droits et taxes douanières, cette voiture ne pourra pas être récupérée par l'acheteur ou son transporteur immédiatement après la vente.

◊ Veuillez noter que des formalités spéciales d'enregistrement seront exigées si vous souhaitez enchérir sur ce lot. Contactez notre service clients au +44 20 7447 7447 / [email protected] avant la vente. Veuillez aussi noter que les enchères en ligne ne seront pas disponibles pour ce lot.