1961 Lotus Elite

Summary

  • Year of manufacture 
    1961
  • Chassis number 
    1336
  • Engine number 
    9631
  • Lot number 
    110
  • Condition 
    Used
  • Location
  • Exterior colour 
    Other

Description

1961 Lotus Elite Series 2 Coupé
Chassis no. 1336
Engine no. 9631

"The road manners of the Elite come as near to those of a racing car as the ordinary motorist would ever experience." - The Autocar.

With the Lotus 14 of 1959 -¬ better known as the Elite -¬ Colin Chapman demonstrated that his skills as a racing car designer and constructor could just as easily be applied to production road cars. The Elite was, nevertheless, conceived with competition in mind - Chapman had his sights set on class wins at Le Mans and the Monte Carlo Rally - and incorporated technology developed in Lotus's single seaters. Every bit as innovative as Chapman's outright competition cars, the Elite featured a glassfibre monocoque body tub - the world's first - independent suspension all round, rack-and-pinion steering and four-wheel disc brakes, the rears mounted inboard. Its engine was the lightweight four-cylinder Coventry-Climax FWE, a single-overhead-cam unit of 1,216cc producing 75bhp, while the gearbox, an MGA unit fitted with an alloy casing and modified bell-housing, was sourced from BMC.

The curvaceously styled body -¬ the work of Peter Kirwan-Taylor and aerodynamicist Frank Costin -¬ although possessing an admirably low coefficient of drag (0.29), made few concessions to comfort or noise suppression, not that that is likely to have bothered the Elite's customers, for whom its 112mph top speed and superlative handling were of far greater importance. Body production was farmed out to Maximar, a boat builder, which supplied around 250 for assembly at the Lotus factory in Edmonton, North London. With demand increasing, the company relocated to a new purpose-built factory in Cheshunt, Hertfordshire in 1960. The body contract for what would become known as the 'Series 2' Elite was given to the Bristol Aircraft Company, and by the time production ceased in 1963 an estimated total of 1,030 cars had been completed. Series 2 developments included an improved design of rear suspension and more civilised interior. Engines in higher states of tune became available and the Elite could be ordered with optional twin Weber carburettors and/or a ZF all-synchromesh close-ratio gearbox.

On the racetrack, the Elite proved every bit as successful as Chapman had hoped, scoring its first international class win at the Nürburgring 1,000km race in 1959, and would go on to win its class at Le Mans on five occasions, twice winning the prestigious Index of Thermal Efficiency competition, with best finishes of 8th overall (twice). They were a mainstay of sports and GT racing at national level on both sides of the Atlantic and many are still in action in historic events today.

A Coventry Climax-engined example, chassis number '1336' (the 336th car produced) was delivered new on 8th August 1960 to Lotus' United States distributor Jay Chamberlain in Burbank, California. For many years the Elite was owned by Ed Gaines, also of California, who fitted a second SU carburettor, a more free-flowing exhaust system, and a heater.

Following its return to Europe, the car underwent a frame off restoration and the engine was tuned using an FWB crankshaft and con-rods, and special forged pistons obtained from Coventry Climax specialists Peacock Engineering in the UK. Now displacing 1,400cc and breathing via twin Weber carburettors, the engine produces an estimated 100 horsepower and is said to have a very flat torque curve. A very nice example, the Elite is finished in its original colour combination of Old English White with black leather upholstery and grey carpets. The car is offered with a French Carte Grise and the original and rebuilt intake system is included in the sale. A wonderful opportunity to own one of the most advanced sports cars of its era, eligible for a wide variety of the most prestigious historic events: Goodwood, Mille Miglia, Tour Auto, etc.

Lotus Elite série 2 coupé 1961
Châssis n° 1336
Moteur n° 9631

•Un jalon dans l'histoire des voitures de sport
•Une des 1 030 construites
•Restaurée dans sa livrée d'origine
•Moteur Coventry Climax 1,4 litre spécialement construit
•Éligible à de nombreuses manifestations historiques : Goodwood, Mille Miglia, Tour Auto, etc...

« La tenue de route de l'Elite est ce qu'on peut faire de plus approchant de celle d'une voiture de compétition que pourra jamais expérimenter un automobiliste lambda » - The Autocar.

Avec la Lotus 14 de 1959 – plus connue sous le nom d'Elite - Colin Chapman avait démontré que son habileté comme concepteur et constructeur de voitures de compétition pouvait aussi s'appliquer aux voitures de tourisme. L'Elite avait cependant été conçue avec une arrière-pensée pour la compétition - Chapman visait la victoire de classe au Mans et le rallye de Monte Carlo – et utilisait la technologie qu'il avait imaginée pour ses monoplaces. Aussi innovante que les voitures purement développées pour la compétition par Chapman, l'Elite faisait appel à une carrosserie autoporteuse en fibre de verre – une première mondiale – et à des suspensions indépendantes et des freins à disque aux quatre roues, ceux de l'arrière étant installés inboard. Son moteur était le quatre cylindres Coventry-Climax FWE, à simple arbre à cames en tête de 1 216 cm3 développant 75 ch, tandis que la boîte de vitesses, une boîte MGA dans un carter en alliage avec cloche modifiée, venait de chez BMC.

La carrosserie toute en courbes – œuvre de Peter Kirwan-Taylor et de l'aérodynamicien Frank Costin – dotée d'un coefficient de trainée particulièrement bas (0, 29), faisait peu de concession au confort ou aux bruits de roulement, rien qui puisse gêner les clients de l'Elite pour lesquels une vitesse de pointe de 180 km/h et une tenue de route exceptionnelle étaient bien plus importantes. La production des carrosseries était confiée à Maximar, un fabricant de bateaux, qui en fournit environ 250 pour assemblage à l'usine Lotus d'Edmonton, au nord de Londres. La demande augmentant, la société déménagea dans une usine spécialement construite à Cheshunt, dans le Hertfordshire, en 1960.

La fabrication de la carrosserie qui allait être connu sous le nom de Elite « Series 2 » fut confiée à Bristol Aircraft Company et lorsque la production cessa, en 1963, un total estimé à 1 030 voitures avait été construit. Les modifications de la série 2 incluaient une suspension arrière redessinée et un intérieur plus civilisé. Un moteur plus poussé fut proposé et on pouvait commander son Elite avec deux carburateurs Weber et/ou une boîte ZF à rapports courts tous synchronisés.

Sur circuit, l'Elite se montra aussi efficace qu'avait pu l'espérer Chapman, remportant sa première victoire de classe internationale aux 1 000 Km du Nürburgring en 1959, et allait encore enlever sa classe au Mans à cinq reprises, remportant deux fois le prestigieux indice énergétique, son meilleur classement étant une 8e place (à deux reprises). Elles restèrent compétitives en catégories Sport et GT au niveau national des deux côtés de l'Atlantique et beaucoup sont encore actives en courses historiques aujourd'hui.

Équipé d'un moteur Coventry Climax, cet exemplaire numéro de châssis 1336 (336e voiture produite) a été livré neuf le 8 août 1960 au distributeur Lotus aux États-Unis Jay Chamberlain à Burbank, en Californie. Pendant de nombreuses années, l'Elite resta la propriété d'Ed Gaines, également en Californie, qui la dota d'un second carburateur SU, d'un système d'échappement plus libre et d'un chauffage.

Après son retour en Europe, la voiture a subi une restauration complète et le moteur a été poussé, grâce à un vilebrequin et des bielles FWB, des pistons forgés spéciaux obtenus chez le spécialiste Coventry Climax Peacock Engineering au Royaume-Uni. D'une cylindrée de 1 400 cm3 et alimenté par deux carburateurs Weber, on estime que le moteur développe 100 ch avec une courbe de couple très plate. Ce bel exemplaire d'Elite est dans sa livrée originale Old English White avec sellerie en cuir noir et tapis de sol gris. La voiture est vendue avec sa carte grise française et le système d'alimentation d'origine restauré est inclus dans la vente. Une magnifique opportunité de posséder une des sportives les plus innovantes de son époque, éligible pour une large variété des plus prestigieuses manifestations historiques : Goodwood, Mille Miglia, Tour Auto, etc.