1972 Ferrari 365

365 GTC/4 Gobbone

Summary

  • Year of manufacture 
    7/1972
  • Car type 
    Coupé
  • Electric windows
    Yes
  • Drive 
    LHD
  • Condition 
    Restored
  • Exterior brand colour 
    Blue Caracalla
  • Interior colour 
    Beige
  • Interior type 
    Leather
  • Number of doors 
    2
  • Number of seats 
    4
  • Location
  • Exterior colour 
    Blue
  • Gearbox 
    Manual
  • Drivetrain 
    2wd
  • Fuel type 
    Petrol

Description

Présentée au Salon de l’Automobile de Genève en 1971, la 365 GTC/4 est un concept unique dans la gamme Ferrari : elle n'est ni la GT sportive descendante de la 365 Daytona ni la 2+2 héritière de la 365 GT 2+2 qu’elle va cependant remplacer. Elle emprunte d’ailleurs une partie du châssis de la voiture qui l’a précédé. Voulant satisfaire à la fois une clientèle plutôt sportive sans pour cela délaisser les fidèles du coupé 2+2 places, le constructeur italien choisit le compromis : l’empattement est réduit de 150 mm ce qui fait qu’à l’arrière on dispose d’un peu plus d’espace que dans les berlinettes classiques mais moins que dans la 365 GT 2+2.

Les suspensions sont à roues indépendantes et les équipements de série sont nombreux : direction assistée, climatisation et correcteur d’assiette hydraulique à l’arrière entre autres.

Coté moteur, la 365 GTC/4 est doté d’un moteur 12 cylindres en V à 60° à 4 arbres à cames en tête directement dérivé de la Daytona. D’une cylindrée de 4390 cc il est alimenté par six carburateurs Wéber 38 DCOE et développe une puissance maxi de 340 cv à 7000 t/mn. La dépollution imposée par les règlementations américaines fera perdre 20 cv sur la version destinée aux USA. La boite de vitesses manuelle à 5 rapports est accolée au moteur.

Selon l’habitude maintenant bien ancrée chez Ferrari la carrosserie a été dessinée par Pininfarina. La silhouette, inspirée de celle de la Daytona, montre des lignes plus tendues typiques des années 1970. L’innovation apportée par Pininfarina est la façade avant en matériaux plastique noir mate qui remplace le traditionnel pare chocs en acier chromé. Une disposition qui a son pendant sur la face arrière ou le pare chocs en acier a également disparu. C’est très nouveau chez Ferrari mais la technologie est dans l’air du temps chez beaucoup d’autres constructeurs automobiles. L’Assemblage final des voitures est réalisé par Scaglietti à Modène.

L’habitacle a été complètement redessiné avec une disposition des instruments de bord dans la console ou dans le combiné qui préfigure très bien ce que va être l’instrumentation automobile dans les années futures. Le confort a été amélioré par rapport au modèle précédent : sièges plus enveloppants, d’avantage d’espace pour les deux sièges avant. Certes les places arrière sont quasiment inutilisables si ce n’est pour accroitre la place destinée aux bagages.

La 365 GTC/4 aura une production assez faible puisque 505 exemplaires seulement sortiront des ateliers de Ferrari. Elle restera toujours moins connue que la Ferrari 365 Daytona ou que la 246 GT Dino, pourtant fabriquées en même temps. En fait elle n’entre pas correctement dans la gamme du constructeur italien : elle n’a pas les performances du coupe Daytona ni l’habitabilité de la 365 GT 2+2. Le compromis a bien été réussi sur le plan technique mais il n’a pas véritablement convaincu la clientèle de Ferrari.

L'auto présentée est une version Européenne, livrée neuve en Italie en juillet 1972. Elle est dans une rare livrée Bleu Caracalla avec un intérieur tan. Le Bleu Caracalla est un bleu nuit non métallisé, rendant particulièrement bien sur cette GTC/4.

L'auto a été restaurée par les ateliers Zanasi en Italie en 2013. Elle est en parfait état de présentation. Les alignements sont excellents, la peinture est de très très belle qualité.

En mécanique, l'auto fonctionne parfaitement. Le 12 cylindres dérivé de la Daytona affiche cette sonorité inégalable et aucun bruit parasite ne vient gâcher cette mélodie. La boîte n'accroche pas et tous les rapports passent bien.

Entorse à l'origine, le correcteur d'assiette hydraulique à l'arrière a été démonté et des suspensions traditionnelles équipent l'auto. L'équipement d'origine est présent dans l'auto.

La voiture est certifiée Ferrari Classiche. Elle sera révisée pour la vente.

Visible sur rendez-vous dans nos locaux.

Reprise et financement possible.

Crédits photos Kevin von Campenhout pour Eleven Cars.