1962 Aermacchi Other

125

Summary

  • Year of manufacture 
    1962
  • Motorcycle type 
    Race
  • Chassis number 
    180004
  • Lot number 
    30
  • Condition 
    Used
  • Colour  
    Red
  • Number of seats 
    1
  • Competition Bike 
    Yes
  • Location
  • Engine size (cc) 
    125

Description

Succession de Monsieur X
Type : 125
Cadre n° 180004

L'usine fondée en 1913 par Giulio MACCHI fabriquera des avions pendant plus de 30 ans sous la marque AERONAUTICA MACCHI. Aux lendemains de la deuxième guerre elle subira le même sort que sa rivale AERO CAPRONI: interdiction de fabriquer quoi que ce soit qui s'apparente à de l'armement. Les deux entreprises vont alors se tourner vers un marché qui s'annonçait florissant : les motocyclettes. Mais si AERO-CAPRONI n'allait pas vraiment briller dans l'histoire de la moto, il en va tout autrement d'AERMACCHI qui sut employer tout le talent de ses ingénieurs pour produire des motos novatrices. Ainsi, en 1956, au salon de Milan, apparaissait un 175 cc, monocylindre 4 temps au cylindre horizontal et à l'habillage résolument futuriste : la Chimera. Cette moto trop en avance pour son temps n'a pas vraiment eu le succès escompté. Pour sauver les meubles, "l'Inginiere" BIANCHI déshabille alors sa Chimera pour en faire deux petits racers sportifs : l'Ala Rossa et sa grande sœur en 250 cc, l'Ala Verde. En 1959, l'Ala Verde donne naissance à l'Ala d'Oro, une 250cc de course qui allait bientôt être déclinée en 350. Sans vraiment le vouloir, BIANCHI venait de donner naissance à une lignée qui allait remporter des moissons de lauriers pendant une décade entière sur tous les circuits d'Europe et d'Amérique. En France, Jacques ROCA ouvre le bal en remportant, en 1961, la catégorie Sport à Montlhéry. Ensuite, on ne compte plus les pilotes de renom qui ont bataillé sur des Ala d'Oro: OFFENSTADT, SERRE, BELTOISE, BARBAROU ou COSTEUX pour ne citer que les plus connus. A partir de 64 le podium est souvent un "une, deux, trois" pour l'Ala d'Oro.

Nous rappelons aux acheteurs que l'ensemble de la collection est constitué de motos qui sont restées statiques dans le musée privé du collectionneur depuis plusieurs années. Une remise en route est donc nécessaire.