1976 Fiat 131

ABARTH RALLY

Zusammenfassung

  • Baujahr 
    1976
  • Automobiltyp 
    Limousine
  • Losnummer 
    070
  • Lenkung 
    Links
  • Zustand 
    Restauriert
  • Innenfarbe 
    Blau
  • Anzahl der Türen 
    2
  • Zahl der Sitze 
    2
  • Standort
  • Außenfarbe 
    Gelb
  • Leistung 
    261 PS / 192 kW / 258 BHP
  • Antrieb 
    Zweirad
  • Kraftstoff 
    Benzin

Beschreibung

Dévoilée en octobre 1974 au Salon de Turin, la Fiat 131 Mirafiori (du nom de l’usine où elle était produite, au sud-ouest de Turin) succédait à la Fiat 124. Elle était entièrement nouvelle, mais reprenait la même architecture à moteur avant et transmission aux roues arrière, sur un empattement allongé pour améliorer l’habitabilité. Son moteur 4 cylindres à simple arbre à cames était décliné en version 1 297 cm³ de 65 ch et 1 585 cm³ de 75 ch. Trois carrosseries étaient proposées, berline deux portes, berline quatre portes et break. Les versions haut de gamme, mieux finies et mieux équipées, étaient dotées de doubles phares à la place des phares rectangulaires des versions populaires de grande série. Une version sportive, baptisée Fiat 131 Abarth Rally, destinée au rallye fit son apparition publique au Salon de Genève en mars 1976, pour remplacer la Fiat 124 Abarth Rally. Elle prenait pour base la berline deux portes Mirafiori dans sa version haut de gamme « Special ». La version commercialisée, destinée à l’homologation en Groupe 4, qui devait être produite à 500 exemplaires différait par de nombreux détails tant à l’extérieur que dans sa partie mécanique. Elle était allégée, débarrassée de ses pare-chocs, de son isolation et de nombreux autres éléments de confort, et ne pesait que 980 kg. Elle recevait des élargisseurs de passages de roue, des ouïes d’aération devant les roues arrière pour refroidir les freins, un becquet avant et un spoiler sur le coffre arrière, ainsi qu’un aileron sur le toit. Le moteur était préparé par Abarth. C’est la version 1995 cm3 qui avait été choisie, dotée de deux arbres à cames en tête, de 16 soupapes et d’un carburateur double corps. Ainsi gréées, le moteur développait 140 ch et assurait une vitesse de pointe de 190 km/h à la berline deux portes. La version compétition était équipée d’une boîte de vitesses à 5 rapports et d’une suspension arrière indépendante à semi-axes oscillants à la place de l’essieu rigide de la version civile. Elle recevait le même moteur à deux arbres à cames en tête, mais son taux de compression était porté de 10 à 10,7 à 1 et elle recevait une alimentation par injection mécanique Kugelfisher à la place du carburateur Weber 34 ADF. À 7 000 tr/min le 2 litres de compétition atteignait 215 ch et la vitesse de pointe de la voiture passait à 230 km/h. La réalisation de la carrosserie était confiée à Bertone. On gardait la coque autoporteuse en acier, mais le coffre, le becquet, le spoiler, l’aileron et les passages de roues étaient en résine, tandis que les portières et le toit faisaient appel à l’aluminium. La Fiat 131 Abarth Rally remporta 18 victoires en championnat du monde des rallyes constructeurs en 5 saisons et fut championne du monde des rallyes en 1977, 1978 et 1980 et championne du monde des pilotes avec Makku Alen en 1978 et Walter Rörl en 1980. Elle remporta le titre européen en 1981 avec Adartico Vudafieri, déjà champion d’Italie en 1980. Sur la même base mécanique et avec la même carrosserie, Abarth prépara également deux autres prototypes, la 031 avec le moteur V6 de la Fiat 130 et la 035 avec un moteur 2 litres 16 soupapes suralimentées par un compresseur volumétrique que l’on retrouvera plus tard sur la Lancia Rally 037. En 1982, la FISA mit un terme au Groupe 4 qui fut remplacé par le Groupe B où allait s’illustrer la Lancia Rally 037 pour le groupe Fiat.
Cette Fiat 131 Abarth Rally (n° 131AR2030884) dont la date de première mise en circulation remonte au 7 juillet 1976 est tout simplement magnifique, entièrement restaurée dans sa configuration d’origine avec tous les éléments et les accessoires caractéristiques d’une Groupe 4. Elle est vendue avec tous ses papiers officiels, passeport technique italien, fiche d’homologation, ancien certificat de propriété et homologation. Elle dispose aussi de sa feuille de passage au banc qui atteste de la bonne santé de son moteur (261 ch à 7 591 tr/min et 257 Nm à 6 593 tr/min). Une voiture splendide, rarissime dans cette configuration compétition et encore plus dans cet état.