1959 BMW 507

Zusammenfassung

  • Baujahr 
    1959
  • Chassisnummer 
    70223
  • Losnummer 
    33
  • Lenkung 
    LHD
  • Zustand 
    Used
  • Zahl der Sitze 
    2
  • Standort
  • Außenfarbe 
    Other
  • Antrieb 
    2wd
  • Kraftstoff 
    Petrol

Beschreibung

1959 BMW 507 3.2-Litre Series II Roadster
Chassis no. 70223

During the 1950s, car designers on both sides of the Atlantic produced some of the all-time greats of automotive styling, none of them more classically beautiful than the sublime BMW 507. Indeed, a measure of the 507's iconic significance may be discerned from BMW's 're-introduction' of the model, after a gap of 40 years, in the form of the Z8 roadster. In an age when it has become de rigeur for heritage-conscious motor manufacturers to incorporate styling cues from landmark models into their latest offerings, few have ventured as far as BMW in paying homage to a recognised classic.

Transatlantic in inspiration - aimed at the United States market, styled by a New York-domiciled German ex-patriot and built in Germany - the 507 reflected North American taste yet was unmistakably European in origin. The 507 saga began in 1954, when Austrian-born entrepreneur Max Hoffman, at that time the US importer of various European makes, convinced BMW that if they built a sports car to rival Mercedes-Benz's successful 300 SL, he could sell sufficient in the 'States to make the project viable. Hoffman knew just the man to style the car too: German émigré Count Albrecht Graf von Goertz, an independent industrial designer who since his arrival in the USA in 1936 had worked for the legendary Raymond Loewy on the latter's trend-setting Studebakers. Designer of everything from fountain pens to furniture, Goertz had never before styled an entire car, and post-507 would not work for BMW again until the 1980s.

The fundamental elements of BMW's proposed new sports car already existed in the 502 saloon, most notably its 3.2-litre, all-aluminium V8 engine, which was installed in a shortened chassis for the 507. Mechanical design was handled by BMW stalwarts Fritz Fiedler and Alex von Falkenhausen, with Goertz shuttling back and forth between the USA and Germany to oversee production of the full-size clay model. The robust nature of the 502-based chassis necessitated the use of aluminium for the 507's bodywork in the interest of weight saving, the finished car tipping the scales at around 1,280kg. With 150bhp on tap, performance was adequate if not stunning, production cars being capable of around 200km/h (125mph), with 100km/h (62mph) coming up in 11 seconds. For relaxed cruising though, the 507 had few peers, its state-of-the-art V8 engine delivering ample torque over a wide rev range.

Although the prototype displayed at the 1955 Frankfurt Auto Show met with critical acclaim, the 507's reception at its New York debut two months earlier had been disappointing. BMW had missed Hoffman's $5,000 price target by a wide margin, the 507's initial US selling price being set at $9,000, more than double the cost of a Ford Thunderbird or Chevrolet Corvette. In the UK, one could buy two Jaguar XK150s for the price of a single 507. Even Mercedes-Benz's 300 SL Coupé was cheaper, though the Stuttgart firm was sufficiently impressed (worried?) by the 507 to introduce a direct competitor in the form of the 300 SL Roadster.

Production proper of the 507 did not begin until 1956, the first series being built until June 1957 when the design was revised in detail. Improvements were mainly concentrated on the interior, which gained a deeper dashboard, a greater range of fore-and-aft seat adjustment, and a rear parcel shelf. There was, almost inevitably, an increase in price that only served to place the 507 even further beyond the reach of ordinary mortals. For those who could afford style at any price however, BMW's svelte roadster was the car to be seen in; pop idol Elvis Presley, motorcycling and Formula 1 World Champion John Surtees, film stars Alain Delon and Ursula Andress, skiing champion Toni Sailer, Prince Rainer of Monaco and the Aga Khan all being owners at one time or another. Nevertheless, such a limited clientele, however exclusive, could not sustain the 507 in production, which ceased in December 1959 after only 252 cars had been sold.

According to the BMW Zertifikat (copy on file), this beautiful Series II 507 was delivered on 20th February 1959 to the BMW main agent Gebr. Spicker Automobil-Gesellschaft. The original colour noted on the certificate is silberblau, a light metallic blue. It is believed that the car was then delivered to Baroness von Thyssen in Lugano, Switzerland. Reportedly, the car then changed hands again in Switzerland, first to a dealer and then to a Mr Giaco Klainguti in Pontresina.

From 1982 the BMW resided in Germany having been purchased by Fritz Widl of Munich. Mr Widl commissioned a comprehensive restoration, which was carried out by Freund in Munich, a very reputable company that no longer exists, its owner having passed away. During restoration the car's colour scheme was changed to the most attractive combination of dark blue paintwork with beige Connolly leather interior. A photographic record of the restoration is on file. The engine presently in the car is believed to date from 1960, though it is not known if it was installed at the time of restoration. The restoration was supervised by Ing. Schmidhuber, who also wrote a report when the car was finished, attesting to its excellent condition at that time.

In 1985 the BMW was sold to a Mr Kastner of Günzburg, Germany, who commissioned a valuation by the BMW V8 club that same year. In 1990 an electric fuel pump was installed and Rudge wheels fitted. Dated 2002, a Classic Data report (copy available) rated the car's condition as '2+' (very good). In 2004 the BMW changed hands again, passing to its most recent custodian, who kept it until late 2018. Accompanying paperwork consists of restoration documentation, various invoices, and the aforementioned BMW Zertifikat and condition/valuation reports,

Glamorous and ultra-rare, '70223' represents a rare opportunity to own one of these exclusive BMW sports cars – rarer than a Mercedes-Benz 300 SL – with classic German styling and reflecting the impressive sporting pedigree of the Bavarian marque.

BMW 507 3,2 litres série II roadster 1959
Châssis n° 70223

•L'une des 252 construites
•Icône du design Automobile
•Restaurée professionnellement dans les années 1980
•Éligible à de nombreuses et prestigieuses manifestation dont le Tour Auto

Au cours des années 1950, les stylistes automobiles des deux côtés de l'Atlantique ont créé quelques-uns des plus grands chefs-d'œuvre automobiles de tous les temps, mais aucune n'est plus classique dans sa beauté que la sublime BMW 507. On peut juger de l'importance de l'emblématique 507 par la ré-introduction du modèle par BMW, après un interlude de 40 années, sous la forme du roadster Z8. À une époque où il est de rigueur pour les constructeurs conscient de leur patrimoine historique d'intégrer des clins d'œil stylistiques de leurs plus illustres modèles sur leur dernières créations, peu s'étaient aventuré aussi loin que BMW dans l'hommage rendu à une classique.

D'inspiration européenne – destinée au marché des États-Unis, dessinée par un allemand expatrié à New York et construite en Allemagne - la 507 reflétait le goût américain mais dans un style d'origine typiquement européenne. La saga de la 507 commença en 1954, quand Max Hoffman, un natif d'Autriche, à l'époque importateur de plusieurs marques européennes, réussit à convaincre BMW que s'il construisait une rivale de la 300 SL, il pourrait en vendre suffisamment aux États-Unis pour rendre le modèle viable. Hoffman connaissait aussi l'homme capable de la dessiner, le comte Albrecht von Goertz, un designer industriel indépendant qui avait travaillé avec le légendaire Raymond Loewy sur les Studebaker dernier cri. Designer dans tous les domaines, du stylo aux meubles, Goertz n'avait jamais dessiné une voiture complète, et après la 507 n'allait pas retravaillé pour BMW avant les années 1980.

L'essentiel des éléments de la future sportive de BMW existait déjà sur la berline 502, notamment le V8 3, 2 litres tout aluminium qui fut installé dans un châssis raccourci pour la 507. La conception mécanique fut confiée aux fidèles Fritz Fiedler et Alex von Falkenhausen, Goertz faisant la navette entre les États-Unis et l'Allemagne pour superviser la réalisation de la maquette en argile. La robuste construction du châssis 502 de base impliquait l'utilisation de l'aluminium pour la carrosserie de la 507 afin de contenir son poids, la voiture finie accusant environ 1 280 kg sur la balance. Avec 150 ch, les performances étaient suffisantes, même si elles n'étaient pas étonnantes, la voiture de série pouvant atteindre les 200 km/h, avec un 0 à 100 km/h en 11 secondes. La 507 n'avait pas sa pareille pour la conduite décontractée, son V8 dernier cri délivrant un généreux couple sur une large plage de régimes.

Bien que le prototype exposé au Salon de Francfort 1955 ait été salué avec enthousiasme, l'accueil de la 507 au Salon de New York pour ses débuts deux mois plus tôt avait été décevant. BMW avait largement dépassé le prix de vente fixé à 5 000 $ par Hoffmann, le prix de la 507 atteignant 9 000 $ aux États-Unis, plus du double du prix d'une Ford Thunderbird ou d'une Chevrolet Corvette. Au Royaume-Uni, on pouvait s'acheter deux Jaguar XK150 pour le prix d'une seule 507. Même la 300 SL coupé de Mercedes-Benz était moins chère, Stuttgart avait pourtant été suffisamment impressionné (inquiété ?) par l'arrivée de la 507 pour présenter une concurrente directe sous la forme de la 300 SL Roadster.

La production de la 507 ne commença pas avant 1956, la première série étant construite jusqu'en juin 1957 quand on apporta quelques modifications de détail. Les améliorations portaient essentiellement sur l'intérieur, qui reçut un tableau de bord plus profond, un réglage des siège d'avant en arrière plus important et un compartiment pour les bagages à l'arrière. S'ensuivit une inévitable hausse du prix qui ne fit que rendre la 507 encore plus inaccessible au commun des mortels. Pour ceux qui pouvaient s'offrir du style à n'importe quel prix, l'élégant roadster de BMW était LA voiture dans laquelle il fallait être vu : l'idole de la chanson Elvis Presley, le champion du monde de moto John Surtees, les comédiens Alain Delon et Ursula Andress, le champion de ski Toni Sailer, le Prince Rainier de Monaco et l'Aga Khan en furent tous propriétaires à un moment ou un autre. Mais une clientèle aussi limitée, aussi élitiste fût-elle, ne pouvait justifier la production de la 507, et celle-ci prit fin en décembre 1959 après seulement 252 exemplaires vendus.

Selon le BMW Zertifikat (copie au dossier), cette magnifique 507 série II a été livrée le 20 février 1959 au principal agent BMW, Gebr. Spicker Automobil-Gesellschaft. La couleur originale notée sur le certificat est le silberblau, un bleu clair métallisé. On pense que la voiture fut alors livrée à la baronne von Thyssen à Lugano, en Suisse. On sait que la voiture changea de mains, toujours en Suisse, chez un concessionnaire, puis passa à M. Giaco Klainguti à Pontresina.

À partir de 1982, la BMW, achetée par Fritz Widl de Munich, résida en Allemagne. M. Widl commanda une restauration complète qui fut effectuée par Freund à Munich, une société réputée qui n'existe plus, son propriétaire étant décédé. Au cours de cette restauration, la livrée de la voiture fut changée pour une combinaison plus séduisante, peinture bleu foncé et intérieur en cuir Connolly beige. Un reportage photographique de la restauration se trouve dans le dossier. On pense que le moteur actuellement dans la voiture date de 1960, mais on ignore s'il fut installé au moment de la restauration. Celle-ci fut supervisée par l'Ing. Schmidhuber qui rédigea également le rapport lorsque la voiture fut achevée, attestant de son excellent état à l'époque.

En 1985, la BMW fut vendue à M. Kastner de Günzburg, en Allemagne, qui demanda une évaluation du club BMW V8 cette même année. En 1990 une pompe à essence électrique fut installée, ainsi que des roues Rudge. Un rapport Classic Data daté de 2002 (copie fournie) note l'état de la voiture « 2+ » (très bon). En 2004, la BMW changea à nouveau de mains, passant à son plus récent gardien qui la conserva jusqu'à la fin 2018. Les papiers fournis comprennent la documentation de la restauration, diverses factures et le BMW Zertifikat mentionné plus haut, ainsi que le rapport d'évaluation de son état.

Rare et fascinante, 70223 représente une rare opportunité d'acquérir une de ces BMW sportives si exclusives – plus rares que les Mercedes-Benz 300 SL – avec un style classique typiquement allemand incarnant l'impressionnant pedigree sportif de la marque bavaroise.